observatoire des sondages

Une élection présidentielle à un tour : l’Ifop joue aussi

mercredi 3 juin 2015

En matière électorale, se perdre en conjecture est le passe-temps favori des sondeurs et des commentateurs.

Pour la prochaine présidentielle, dans deux ans... l’Ifop a accéléré le temps en négligeant le premier tour (Paris Match, 3 juin 2015). Le sondeur ne donne certes aucun vainqueur puisque cela a été en principe interdit par la commission des sondages. Pas grave, on se livre au « jeu du second tour préféré des Français », dix hypothèses de duels, avec de faux candidats, toujours les mêmes, Sarkozy, Hollande, Juppé, Le Pen, Fillon, et un peu de « sang neuf », Bruno Lemaire. Pas grand chose à tirer de ces simulations sinon que les sondés sont des enfants de chœur, en tout cas pas des stratèges. Ils auraient pu et dû placer souvent Marine Le Pen par dans les duels préférés car cela eut été la meilleure garantie de gagner pour leur candidat préféré. Gageons que les candidats eux y pensent très fort.

Lire aussi

  • Les sondeurs face au covid-19 : l’occasion manquée

    17 avril 2020

    Comme la grande majorité des entreprises du secteur dit marchand les sociétés de sondages ont vu leurs activités sensiblement décroître depuis le confinement lié à la pandémie du covid-19. Sauf une, la (...)

  • Municipales à Paris : à sondage confidentiel, sondage confidentiel à demi

    10 juillet 2019

    Les prochaines élections municipales n’auront lieu qu’en mars de l’année prochaine, mais cela fait bien longtemps que la presse et les sondeurs spéculent sur les résultats définitifs. A Paris (...)

  • Qu’est-ce qu’un miracle ?

    26 mai 2019

    Aujourd’hui encore l’Eglise catholique croit en l’existence des miracles. Le processus de reconnaissance dont elle détient, bien sûr, le monopole demeure toutefois long et laborieux. Pas question donc (...)