observatoire des sondages

Valls favori, déjà ?

lundi 5 décembre 2016

Manuel Valls n’était pas encore candidat à l’élection présidentielle qu’un sondage (Ifop-Journal du dimanche, 4 décembre 2016) annonçait qu’il était favori de la primaire socialiste. Devant Arnaud Montebourg, Hervé Hamon et Marie-Noelle Lienneman.

En somme en scindant ses adversaires en trois candidatures. Vieille ficelle de sondage qui permettait par exemple de faire, il n’y a pas si longtemps, de Olivier Besancenot la personnalité la plus populaire de la gauche [1]. Simple procédé arithmétique, simple ruse statistique. On y revient donc toujours en espérant abuser leur pauvre public composé d’imbéciles congénitaux.


[1« Selon notre sondage OpinionWay, le leader de la LCR devance largement Delanoë ou Royal dans l’électorat de gauche. Ce n’est pas la première fois que le très médiatique Olivier Besancenot s’impose en tête des personnalités exprimant le mieux l’opposition à Nicolas Sarkozy ». Le Figaro, 19 juin 2008. A propos du baromètre OpinionWay-Le Figaro-LCI de juin 2008. cf. également Petite opération de persuasion

Lire aussi

  • Opinion publique 2.0 : la nouvelle imposture

    2 avril 2017

    Si le marché de la prédiction électorale est jusqu’à présent le quasi monopole des entreprises de sondages, sauf quelques initiatives inspirées par l’économétrie, leurs échecs sur les derniers scrutins en (...)

  • Le doigt mouillé “nouvelle formule”

    28 novembre 2016

    Le fiasco sondagier du premier tour de la primaire de la droite a incité certains sondeurs à « l’innovation méthodologique » en vue du second tour. Une nouvelle formule si peu orthodoxe que la très (...)

  • Malfaçon : l’Ifop et Le Figaro montrent l’exemple

    19 octobre 2016

    Dimanche 16 octobre Le Figaro annonçait fièrement en « avant-première » les résultats d’un sondage Ifop à paraitre le lendemain : « Les Français plébiscitent les réformes ». Il s’agissait avant tout d’un push (...)