observatoire des sondages

Petite opération de persuasion

vendredi 15 janvier 2010

La persuasion clandestine de Tchakotkine est un titre célèbre mais une idée vieillie. Il n’est pas sûr que ce soit toujours exact. Le Politoscope d’Opinionway, pas enterré malgré ses tares méthodologiques, assure-t-il que Martine Aubry est la meilleure opposante à Nicolas Sarkozy, que « l’information » est préalablement divulguée. Ainsi les actualités du portail Orange, principal fournisseur d’accès à internet en France, et filiale d’une entreprise publique, France Telecom, annonce : « La numéro un du PS, Martine Aubry, est considérée par les Français comme la meilleur opposante à Nicolas Sarkozy, selon le « Politoscope » Opinionway pour Le Figaro/LCI à paraître vendredi » (15 janvier 2010). Publicité pour le sondeur et pour la presse censée avoir payé le sondeur. Peu importe ici les résultats. Il suffit de dire que Martine Aubry devance avec 14 % François Hollande (7%), qui devance Marine Le Pen (5%) et Olivier Besancenot (5%). La multitude des personnalités offertes au choix des internautes du panel et non - faut-il insister - des Français, fragmente les réponses sans aucun rapport avec une situation réelle et en autorisant des compréhensions différentes de la même question (un vote pour quelqu’un et une appréciation plus ou moins objective sur la situation de la compétition politique). Opinionway ne se soucie pas de méthodologie. Il s’agit pour cet institut et ses commanditaires de favoriser Nicolas Sarkozy. Ils trouvent un relais dans la présentation que Orange fait de sa pseudo information. Très subrepticement. Une petite illustration accompagne en effet « l’information » : une photo montrant en premier plan Nicolas Sarkozy serrant la main d’une Martine Aubry souriante. De quoi faire rire ceux qui aiment Nicolas Sarkozy et tempêter ceux qui ne l’aiment pas. Un détail.

Lire aussi

  • Autosatisfecit de sondeur

    24 avril 2017

    C’est peu dire qu’on s’y attendait. Après avoir répété à tort et travers pendant des mois que les sondages ne sont pas une prévision, et quelques heures encore avant le scrutin que tout était encore (...)

  • La crise de foi de Nicolas Sarkozy

    10 octobre 2016

    Nicolas Sarkozy ne croit pas aux sondages et pour qu’on ne s’y trompe pas, il le dit tous les jours.
    Les journalistes l’y poussent en rappelant - pernicieusement ? - ses mauvais résultats. (...)

  • Quand les politiques se servent de la critique des sondages

    10 octobre 2016

    C’est un phénomène bien connu la critique des sondages ne vient à l’esprit des politiques, la plupart du temps, que lorsque les résultats ne leur plaisent pas (cf. Primaire à droite : un candidat (...)