observatoire des sondages

Brèves remarques sur le sondage Harris Interactive qui a défrayé la chronique

lundi 7 mars 2011

On ne devrait pas devoir répéter chaque fois les mêmes précisions techniques mais il faut croire que la surdité est bien répandue en France.

- Le sondage Harris Interactive publié par Le Parisien le 6 mars 2011 est un sondage internet. Autant dire qu’il ne vaut rien. Significativement presqu’aucun commentateur ne s’en avise... Manifestement, ils l’assimilent à n’importe quel autre sondage et n’ont donc pas encore compris ce qu’est un sondage internet.

- Un sondage internet joue sur deux incitations : le gain et la conviction politique. La première est antidémocratique et sera interdite si la réforme des sondages est enfin votée. La deuxième surestime le score d’un candidat d’extrême droite. En tout cas si le coefficient de redressement est le même que pour un sondage par téléphone. Mais le chiffre brut est secret. Secret de fabrication répondent les sondeurs.

- Si Marine Le Pen a, selon les commentateurs médiatiques, dédiabolisé le FN, il faudrait diminuer le coefficient de redressement pour sous-déclaration des intentions de vote pour le FN. Cela a-t-il été fait dans le sondage Harris Interactive et dans quelle proportion ? Mystère. Secret de fabrication répondent les sondeurs.

Conclusion : comment peut-on encore accorder autant d’importance à des chiffres frelatés ? Voila ce qui ne peut être aussi facilement compris que la désastreuse mais compréhensible imposture des sondages et des sondeurs.

Lire aussi