observatoire des sondages

Critique des sondages : une spécificité française ?

vendredi 13 novembre 2009

Les sondeurs français se plaisent régulièrement à répéter lorsqu’ils sont l’objet de critiques, que celles-ci constituent une spécificité française, manifestation regrettable, selon eux, d’un irréductible provincialisme, un trait culturel en somme, quand dans le reste du monde les sondages et les instituts qui les fabriquent sont reconnus à leur juste valeur et ne font plus l’objet de discussions.
Comment comprendre alors que le prochain congrès mondial de l’International Sociological Association comprenne une session intitulée : Why do poll go wrong… sometimes ? Cette vénérable et très sérieuse institution serait-elle à son tour touchée par une bouffée de particularisme à la française ?

Lire aussi

  • Le « retour » des poncifs

    16 novembre 2016

    La défaite d’Hillary Clinton et par conséquent des sondeurs américains a contraint les sondeurs français à imaginer une nouvelle ligne de défense de leur profession : l’immunité. Le fiasco du 8 novembre (...)

  • L’artefact Macron

    22 avril 2016

    Les sondages se sont multipliés selon lesquels Emmanuel Macron serait le candidat favori des Français pour l’élection présidentielle de 2017. Ils ont été abondamment repris par une presse prompte à se (...)

  • Sondages et simulation : le double « si »

    18 avril 2016

    Dans la course à l’élection présidentielle, nous sommes entrés de plain-pied dans la première des trois phases : avant la première, la campagne présidentielle proprement dite avec des candidats déclarés, (...)