observatoire des sondages

Euthanasie : de l’humour du Comité Consultatif National d’Ethique

vendredi 20 décembre 2013

Chargé d’élaborer des propositions en vue d’une loi sur l’euthanasie, le Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE), a confié à une « conférence de citoyens », conformément également au souhait présidentiel, le soin de formuler les premières propositions en la matière. Les propositions viennent d’être rendues publiques. Inaugurée lors des « états généraux de la bioéthique » organisés en 2009, la « conférence de citoyens » a pris toutefois une nouvelle dimension. Car c’est à un sondeur que le CCNE a dévolu la tâche de composer cette « conférence de citoyens », en l’occurrence l’Ifop, « reflétant » selon les termes du sondeur, « la diversité de la population française ». Il s’agit donc d’un banal focus group de 18 personnes, entérinant une réduction drastique de l’échantillon, plus facile et plus rapide à constituer que les multiples réunions publiques sur le stockage des déchets nucléaires ou sur les questions de bioéthique (recherches sur l’embryon, dons d’organes etc.). En somme une instance de consultation (CCNE) recrute une instance de consultation (conférence des citoyens).

Les commissions ne sont plus forcément la manière d’enterrer les problèmes comme le disait Clémenceau au temps du parlementarisme. Au regard des conclusions publiées, on peut se demander à quoi servent ces consultations sur des sujets graves et même urgents où le Président de la République s’est exprimé en incluant la réforme dans son programme, où le CCNE a eu aussi l’occasion de s’exprimer. Qu’apporte la nouvelle consultation de 18 citoyens ? Désignés en toute obscurité, ils ne sont ni qualifiés ni représentatifs. S’agit-il de gagner du temps ? Ou les dirigeants politiques sont-ils si peu sûrs aujourd’hui de la légitimité conférée par leur élection qu’il leur faille encore consulter. Ou si peu sûrs de leurs réponses qu’ils en attendent de nouvelles ?

Lire aussi

  • Le Parisien et les sondages : une fake news pour annoncer leur retour

    24 avril 2018

    Un an après avoir renoncé à commander des sondages, Le Parisien a annoncé sur France Inter par la voix de son directeur des rédactions Stéphane Albouy, qu’il allait bientôt revenir sur cette décision (6 (...)

  • Grèves : le tribunal de l’opinion ?

    5 avril 2018

    Les commentaires de presse l’affirment unanimement : le sort de la grève des cheminots va se jouer devant l’opinion. Ils l’affirment d’autant plus surement qu’ils disent aussi que ce sont les acteurs (...)

  • Popularité de Poutine : la plaisanterie

    11 mars 2018

    Si la presse française relaye et commente avec constance et régularité la popularité sondagière des politiques français et ses oscillations perpétuelles, elle manifeste plus de retenue concernant les (...)