observatoire des sondages

Extrêmement sectaire

mercredi 8 mai 2013

Les différentes manifestations liées au 1er mai ont fourni une nouvelle occasion à la presse et aux sondeurs d’associer Jean-Luc Mélenchon à Marine Le Pen (JDD, 4 mai 2013). Ce nouvel exercice à prétention comparative n’a pas nécessité un investissement technique très important. Le sondage consiste principalement à faire approuver par des internautes rémunérés l’aspect « sectaire » de ces deux personnalités. Aucune raison du choix du vocable n’est proposée, aucune contre-proposition non plus. En politique, le sectaire est l’adversaire politique, la question est donc biaisée. La réponse est d’autant plus dans la question que la comparaison se limite à Jean Luc Mélenchon et à Marine Le Pen. Il n’y aurait donc personne, y compris parmi les sympathisants de droite pour trouver d’autres sectaires ?

Le moins sectaire des deux étant celui qui dispose de plus de partisans, Marine Le Pen l’étant donc moins (60%) que Jean-Luc Mélenchon 63%. Mais à quoi bon, il s’agissait seulement de dire que les extrêmes se rejoignent, qu’ils sont dangereux parce qu’ils sont sectaires. Pas une entreprise d’information mais de confirmation.

Lire aussi

  • « Liberté de la presse » : quand les sondages décident de la liste des invités

    4 avril 2019

    Le désintérêt croissant depuis la première élection en 1979 pour le scrutin européen n’a pas dissuadé la radio-télévision publique française avant le début de la campagne officielle, fixée au 13 mai 2019, (...)

  • Les sondeurs et la post-vérité

    4 avril 2019

    L’activité de sondeurs est-elle une activité de menteurs ? C’est la question que l’on peut se poser suite à la brève interview diffusée le 2 avril 2019 dans l’émission « Quotidien » animée par Yann Barthès (...)

  • Sondage sur le cancer : quand le paradoxe ne gêne pas

    11 février 2015

    En prévision de la journée mondiale contre le cancer l’Arc a financé et publié un sondage Ipsos sur la perception de la maladie qui met en valeur la forte crainte des « Français ». 72% d’entre eux (...)