observatoire des sondages

L’homme qui n’en savait rien

dimanche 24 novembre 2013

Invité par la rédaction du Nouvel Observateur à s’exprimer sur les manifestations d’opposants à la politique gouvernementale (23 novembre 2013), le sondeur Brice Teinturier (Ipsos) reconnait qu’il ne dispose d’aucune donnée pour répondre à la première question qui lui est posée :

- « Qui sont les Français qui descendent dans la rue ? » (Le Nouvel Observateur)
- « Nous n’avons pas d’enquête permettant de dresser un profil des manifestants par rapport au reste de la population » (Brice Teinturier).

Cette ignorance ne l’empêchera pas de répondre à la question... et aux suivantes :
(Extrait du questionnaire du nouvel Observateur)

- Ces différents mouvements ont-ils un élément déclencheur commun ?
- La société française subit-elle une fragmentation profonde ?
- Nous sommes donc face à une société en mutation ?
- La contestation accompagne-t-elle un creusement des inégalités ?
- Assistons-nous à une mise en cause du modèle républicain ?
- Les mouvements de contestation actuels expriment-ils plus de l’attente ou du désespoir ?
- Observez-vous une attente d’unité ?

Rien de bien nouveau dans le fait pour les sondeurs de deviser sans sondages. Sur la foi de leurs opinions en somme ? A moins qu’une humeur se dégage de la consommation immodérée de leurs produits. Quand le sondeur évoque dans ses réponses « une société [Française] du ressentiment », on doute qu’il le fasse en référence à Friedrich Nietzsche ou Max Scheler. Par contre serait-ce l’image que jour après jour, semaine après semaine lui imposent la consultation des sondés ? Serait-ce donc la clef qui conduit une petite minorité de nos concitoyens à collaborer ?

Lire aussi

  • Un mandat sous de mauvais auspices

    27 mai 2022

    A peine formé le premier gouvernement d’Emmanuel Macron a été accueilli par une première salve d’évaluations sondagières négatives. L’expression pour ceux qui ont voté pour ce dernier, du moins une partie, (...)

  • Le Monde diplomatique se convertit-il à la politologie ?

    11 mai 2022

    La victoire d’Emmanuel Macron a mis très en colère Le Monde diplomatique qui le dit haut et clair. Jusqu’à utiliser des arguments utilisés d’habitude par d’autres. A la une, un long éditorial (...)

  • Le secret sans secrets

    7 mai 2022

    Le Monde s’est mêlé de faire une enquête sur les sondages commandés par l’agence gouvernementale du SIG ou Service d’information du Gouvernement. Exploitant la brèche ouverte par Raymond Avrillier qui (...)