observatoire des sondages

L’homme qui n’en savait rien

dimanche 24 novembre 2013

Invité par la rédaction du Nouvel Observateur à s’exprimer sur les manifestations d’opposants à la politique gouvernementale (23 novembre 2013), le sondeur Brice Teinturier (Ipsos) reconnait qu’il ne dispose d’aucune donnée pour répondre à la première question qui lui est posée :

- « Qui sont les Français qui descendent dans la rue ? » (Le Nouvel Observateur)
- « Nous n’avons pas d’enquête permettant de dresser un profil des manifestants par rapport au reste de la population » (Brice Teinturier).

Cette ignorance ne l’empêchera pas de répondre à la question... et aux suivantes :
(Extrait du questionnaire du nouvel Observateur)

- Ces différents mouvements ont-ils un élément déclencheur commun ?
- La société française subit-elle une fragmentation profonde ?
- Nous sommes donc face à une société en mutation ?
- La contestation accompagne-t-elle un creusement des inégalités ?
- Assistons-nous à une mise en cause du modèle républicain ?
- Les mouvements de contestation actuels expriment-ils plus de l’attente ou du désespoir ?
- Observez-vous une attente d’unité ?

Rien de bien nouveau dans le fait pour les sondeurs de deviser sans sondages. Sur la foi de leurs opinions en somme ? A moins qu’une humeur se dégage de la consommation immodérée de leurs produits. Quand le sondeur évoque dans ses réponses « une société [Française] du ressentiment », on doute qu’il le fasse en référence à Friedrich Nietzsche ou Max Scheler. Par contre serait-ce l’image que jour après jour, semaine après semaine lui imposent la consultation des sondés ? Serait-ce donc la clef qui conduit une petite minorité de nos concitoyens à collaborer ?

Lire aussi

  • Des sondeurs contents d’eux mêmes face à la critique

    1er mai 2017

    On ne pouvait douter que les sondeurs manifesteraient bruyamment leur autosatisfaction devant les résultats du premier tour de l’élection présidentielle. C’est d’ailleurs une profession portée à (...)

  • Autosatisfecit de sondeur

    24 avril 2017

    C’est peu dire qu’on s’y attendait. Après avoir répété à tort et travers pendant des mois que les sondages ne sont pas une prévision, et quelques heures encore avant le scrutin que tout était encore (...)

  • Les sondeurs et la majorité fantôme :« les Français pensent que »...

    22 décembre 2016

    On connaît la fâcheuse propension à présenter les sondages en disant que « les Français pensent que »... Il existe un seuil implicite pour permettre aux commentateurs ce qui est au mieux une approximation (...)