observatoire des sondages

Les affres des sondeurs ou comment choisir les candidats du premier tour

jeudi 9 février 2012

Jusqu’au mois janvier 2012 les sondages sur les intentions de vote portaient sur une offre électorale « élargie », autrement dit sur beaucoup de candidats putatifs pour lesquels la question de l’effectivité de la candidature n’était pas posée. Les sondeurs faisaient « comme si » la condition des 500 signatures était remplie [1]. Mais voilà, non seulement il est apparu que tous les candidats n’obtiendraient pas ces 500 parrainages - comme l’ont montré déjà certains retraits – mais la situation du président sortant est si catastrophique que toutes les ficelles semblent bonnes pour le faire remonter au box office des sondeurs.

Pour cela ils font face à un cruel dilemme : soit ils éliminent du premier tour Marine Le Pen et tous les candidats de droite qui hypothèquent le score de Nicolas Sarkozy, mais ne font pas la même opération à gauche et dans ce cas, ils organisent quasiment un deuxième tour pour le président sortant contre un premier à tour des et entre les candidats de gauche ; soit ils éliminent seulement Marine Le Pen sur la foi des informations concernant ses difficultés à obtenir les 500 parrainages mais ils gardent au premier tour les rivaux de Nicolas Sarkozy dont on n’est pas sûr qu’ils obtiendront les 500 signatures, dont à l’inverse on est sûr qu’ils auront moins de voix que la candidate du Front National.

Le sondage Ifop-Journal du Dimanche (4 févier 2012) a choisi la première solution. Les sondages BVA-Le Parisien (6 février 2012) et Ipsos-Logica Business Consulting-France Télévisions-Radio France-Le Monde (6 février 2012) la seconde. Les deux sont boiteuses et, pour tout dire, pas très honnêtes.


[1Le sondage CSA-BFM TV-RMC-20Minutes-CSC, publié le 8 février 2012 reste sur cette hypothèse.

Lire aussi

  • « Qu’ils s’en aillent tous », sondeurs compris ?

    18 avril 2018

    Les années passent et rien ne semble vouloir enrayer la méfiance voire le rejet que suscitent les professionnels de la politique, ceux qui en vivent, au premier rang desquels figure bien sûr les (...)

  • Présidentielle 2017 : le premier sondage avec de “vrais” candidats... ou presque

    3 février 2017

    A deux mois de l’élection présidentielle le premier sondage d’intentions de vote avec des candidats « réels » (déclarés ou investis) a été publié (Elabe-Les Echos-Radio Classique, 1 février 2017). Soumettant (...)

  • Le Premier ministre des sondages

    1er avril 2014

    Panique à bord. Après la déroute des élections municipales, le remaniement ministériel s’est fait dans l’urgence. Pas forcément les meilleures conditions pour penser. Le choix du Premier ministre s’est (...)