observatoire des sondages

Comme prévu, un sondage a immédiatement suivi l’annonce de contrôles plus sévères des chômeurs par le ministre du Travail François Rebsamen. Comme prévu, ce sont des sondeurs et une presse conservatrice et consommatrice de sondages qui l’ont fait et publie (Opinionway, Le Figaro, LCI et Tilder une "agence de com" qui cherche toujours à se faire connaître). Comme prévu (Cf. Le leurre de la représentativité), le sondeur annonce que "72% des Français sont favorables au renforcement de ses contrôles pour s’assurer que les chômeurs cherchent activement du travail”. En somme, la réponse était dans la question. La plupart des sondés ne sont pas chômeurs et la bonne raison de contrôler les chômeurs est comprise dans la question. Seule une minorité n’a pas cru qu’il s’agissait seulement de s’attaquer aux tricheurs.

Le résultat n’est donc pas une surprise sauf, peut-être, au Figaro, pour qui "ce chiffre est déconcertant" (5 septembre 2014). Font-ils les imbéciles ? Ou le sont-ils ? S’ils croient si naïvement aux sondages, pourquoi ne commandent-ils pas des questions sur :

- un contrôle accru des contribuables pour lutter contre la fraude fiscale.
- la suppression des aides à la presse écrite pour faire des économies.

A propos, les Français seraient-ils hostiles à un meilleur contrôle des sondages ? Et on pourrait même ajouter à la question : afin que les sondeurs et la presse ne communiquent pas de fausses nouvelles. On sait que les dirigeants politiques ne l’ont pas souhaité après le vote d’une proposition de loi par le Sénat qui allait en ce sens. Il est vrai qu’un grand spécialiste des trucages (Nicolas Sarkozy) y avait mis son veto, qu’un sondeur (OpinionWay déjà) avait été pris la main dans le sac, que tous les sondeurs étaient montés au créneau, que les députés en avaient peur, et que la presse s’était aussi opposée (notamment Le Figaro qui publiait les sondages payés par l’Elysée, par l’entremise de M. Patrick Buisson. On attend toujours qu’ils soient, Le Figaro compris, sanctionnés par la justice de ce pays. Cela pourrait d’ailleurs fournir une question de sondages : croyez-vous que la justice française soit plus clémente pour les riches que pour les pauvres ? Prochains trucages à suivre...

Lire aussi

  • Emmanuel Macron au doigt mouillé ?

    14 avril 2017

    On le sait les résultats des sondages d’intention de vote sont les seuls à faire l’objet d’un redressement, autrement dit les résultats publiés ne sont pas ceux récoltés par les sondeurs, ils sont (...)

  • Opinion publique 2.0 : la nouvelle imposture

    2 avril 2017

    Si le marché de la prédiction électorale est jusqu’à présent le quasi monopole des entreprises de sondages, sauf quelques initiatives inspirées par l’économétrie, leurs échecs sur les derniers scrutins en (...)

  • Le FN et la générosité des sondeurs

    24 février 2017

    Depuis quelques années, les sondages annoncent régulièrement le FN en tête des intentions de vote. On en oublierait que pendant longtemps - l’élection présidentielle de 2002 en étant le sommet - les (...)