observatoire des sondages

Les doxosophes et les enseignants

jeudi 9 juin 2011

Deux sondages SNUipp-CSA sur les enseignants, publiés en juillet 2010 et février 2011 [1], commentés par un directeur d’études d’Opinionway, cela mérite qu’on s’étonne. Voila pourtant ce que présente le journal Le Monde du 9 juin 2011 dans deux pages consacrées à la crise du recrutement dans l’enseignement. Si une profession intellectuelle dont font partie des chercheurs spécialistes de l’éducation et des professions recoure aux services d’un sondeur, on tient le symptôme d’un grand mal, pas seulement la sondomanie mais le vide intellectuel. Qu’un journaliste ait besoin d’un sondeur pour parler pour l’opinion, cela est déjà connu. En l’occurrence, les poncifs de la doxosophie se suivent : « le message qui traîne dans l’opinion publique », « aujourd’hui, [les savoirs] sont partagés, et l’accès très rapide (sic) de tous à la connaissance porte atteinte à son statut et à sa reconnaissance sociale », « l’opinion publique a conscience ». Le degré zéro de la pensée en somme érigée en expertise.

On se demande ce qui a justifié l’appel à un sondeur autre que celui qui a fait le sondage comme le veut la coutume. Le sondeur est-il le petit copain de la journaliste ? Ou bien l’entreprise Opinionway, proche de l’UMP, est-elle plus fréquentable ? Une réflexion cependant après ce dossier : on peut recommander à tous les acteurs de changer de métier ou de ne pas y entrer. Le conseil est d’autant plus sérieux que la dernière page du journal est toute entière consacrée à la publicité de la campagne de l’Education nationale pour recruter 17000 personnes. La traduction directe de la crise des vocations en somme. D’un côté, le ministère s’applique à déconsidérer une profession ; de l’autre, il essaie de corriger par la publicité. Moins d’argent pour l’école, plus pour la publicité. Après tout, on ne devrait pas s’en étonner quand le ministre de l’Education nationale, Luc Chatel, est un ancien chef de produit chez l’Oréal. Mais aujourd’hui, qui est encore sensible à l’absurdité ?


[1Le 15 juin 2010 pour le premier et le 10 février 2011 pour le second.

Lire aussi

  • Misère de la politologie (suite... sans fin)

    20 mars 2017

    Le suivi de la campagne électorale par l’association Le Monde, Sciences-Po et Ipsos, a donné lieu à la publication d’une nouvelle vague de résultats d’intentions de vote où l’importance des indécis est (...)

  • Même Jean-Luc Mélenchon

    5 janvier 2017

    On avait connu Jean-Luc Mélenchon circonspect sur les sondages. Mais il faut croire que les candidats ne peuvent se permettre les lucidités intellectuelles quand ils sont en campagne. Et si les (...)

  • Aucun sondage politique le temps d’une campagne pour Le Parisien

    3 janvier 2017

    Le directeur des rédactions du Parisien/Aujourd’hui en France Stéphane Albouy a annoncé mardi sur France Inter que le quotidien ne commanderait plus de sondages politiques, une « pause » pendant la (...)