observatoire des sondages

N...comme non répondant...

Non-répondants

Pendant longtemps, les sondages n’ont reconnu que des non réponses dans une population qui était censée répondre spontanément aux enquêteurs. Du moins pouvait-on comprendre cela dans les rares interventions des sondeurs sur le sujet puisqu’ils soulignaient l’enthousiasme citoyen des personnes interrogées et la frustration de tous ceux – la grande majorité – qui n’était pas questionnée. Cet intérêt spontané participait évidemment à la stimulation des sondés potentiels. Elle ne posa pas de problèmes tant que la probabilité de se prêter au jeu fut forte. Tout changea quand il apparut que le succès devenait plus difficile. En effet, les changements des modes de vie rendaient plus difficile de contacter les personnes soit en face-à-face, soit au téléphone, des méthodes de filtrage apparaissaient pour éviter les sollicitations du marketing, qui touchaient d’autant plus les sondages d’opinion que les solliciteurs annonçaient faire un sondage pour ouvrir les portes, et enfin que les personnes contactées refusaient de répondre. La question du contact était un point aveugle et dénié de la méthodologie du sondage. Il n’est pourtant jamais allé de soi que des personnes anonymes répondent à des enquêteurs inconnus. Le plaisir de s’exprimer et l’enthousiasme citoyen tenaient lieu de solutions simplistes. La notion de non répondants qui mêle les personnes non contactées et les refus de répondre est donc récente. L’accroissement des difficultés de contact est lié à des évolutions techniques (obstacles aux sondages dus à la multiplication des téléphones portables alors que la plupart des sondages s’opèrent par téléphone) ou à des évolutions des modes de vie (celle des personnes vivant peu à leur domicile comme les DINKS ou double income no kids) alors que les refus de répondre procèdent de raisons sociales (peur de contrôles bureaucratiques de catégories sociales modestes voire marginales) et idéologiques (rejet des sondages). La partie la plus intéressante du questionnement concerne évidemment les refus de répondre. On comprend la difficulté d’identifier ces populations hétérogènes et existant par défaut… par le moyen de sondages. Selon les sondeurs, la représentativité des échantillons ne serait pas affectée. Toutefois, on peut se demander à partir de quelle proportion, cela est assuré. Les non répondants sont en effet inégalement distribués du point de vue social et idéologique.

Lire aussi

  • A comme...artefact

    12 juillet 2013

    Fait ou événement produit par l’instrument de mesure censé mesurer ou évaluer l’existence dudit événement. Le recueil d’intentions de vote en dehors des périodes de campagnes électorales, à des moments (...)

  • E...comme estimation...

    Estimations
    Les estimations ne sont pas des sondages même si elles sont effectuées par des instituts de sondages. Elles portent en effet sur des votes réels. Les résultats partiels sont pointés dans (...)

  • P...comme panel...

    Panel
    Contrairement à un usage approximatif du terme, un panel n’est pas un échantillon d’enquête équivalent aux agrégats constitués ponctuellement pour un sondage aléatoire ou par quotas. Ils ne sont (...)