observatoire des sondages

Présidentielle 2012 : petits et grands écarts

mardi 6 septembre 2011

Lh2 et Ipsos publient simultanément leurs sondages d’intentions de vote à la présidentielle de 2012 (Yahoo, 5 septembre 2011 ; Le Monde, 6 septembre 2011).

François Hollande et Martine Aubry devanceraient largement au premier tour tous les autres candidats soumis aux sondés. Nicolas Sarkozy n’arriverait en tête que dans l’hypothèse d’une candidature de Ségolène Royal. Au second tour, proposé seulement par Lh2, les deux personnalités socialistes devanceraient encore largement le président sortant, qui devancerait lui Ségolène Royal.

Ces sondages sont similaires mais avec de grands écarts. Ipsos crédite par exemple la présidente du FN de 17 à 18% d’intentions de vote, selon les hypothèses de candidature socialiste retenues, quand Lh2 ne lui accorde que 11 à 12 %. François Hollande est mieux traité par Lh2 (35%) que par Ipsos (30%), comme Eva joly (4,5 à 10 selon Lh2 ; 5% à 7% selon Ipsos), ou Nathalie Arthaud (0,5% à 1 selon Lh2, de 2 à 2,5% selon Ipsos). Nous ne saurons pas comment les deux sondeurs s’y sont pris pour attribuer à Jean Louis Borloo de 6 à 10 % d’intentions de vote (6 à 10 pour Lh2 ; 7 à 9% par Ipsos).

On connaît l’une des réponses favorites des sondeurs pour expliquer les écarts : la volatilité des sondés. Les sondeurs refusent en outre obstinément de révéler leur méthode de correction des chiffres bruts arguant, avec la bénédiction de la commission des sondages, qu’il s’agit là d’un secret de fabrication. Il faudrait leur faire confiance.

Lire aussi

  • Présidentielle 2017 : le premier sondage avec de “vrais” candidats... ou presque

    3 février 2017

    A deux mois de l’élection présidentielle le premier sondage d’intentions de vote avec des candidats « réels » (déclarés ou investis) a été publié (Elabe-Les Echos-Radio Classique, 1 février 2017). Soumettant (...)

  • Présidentielle 2017 : ça promet...

    18 décembre 2015

    Le deuil de la "victoire du FN" au régional aura été de courte durée (cf. « La victoire du FN » ou l’échec d’une prophétie). Après Harris interactive au soir du second tour des régionales, et TNS Sofres deux (...)

  • Primaire à droite : les écarts de langage

    25 août 2012

    La lutte pour la présidence de l’UMP entre François Fillon et Jean François Copé est une nouvelle occasion pour les médias de pratiquer l’un de leurs passe-temps favoris : le paris-turf. En attendant (...)