observatoire des sondages

Que valent les sondages locaux ?

mardi 12 juin 2012

Les élections législatives ont donné lieu à quelques sondages locaux sans provoquer une inflation. L’absence de financement l’explique ainsi que la difficulté de l’exercice. Nous avons signalé les limites méthodologiques de ces sondages à partir de quatre cas (cf. Bataille de Pushs Poll à l’UMP ; Sonder pour les élections législatives ; Le sort de François Bayrou selon OpinionWay et le Figaro ; Jean-Luc Mélenchon contre Marine Le Pen : encore un sondage qui fâche). Une candidate s’en était même émue auprès de la Commission des sondages qui a donné quitus aux sondeurs (cf. La route est libre pour les push polls). Pourtant ces sondages posent problème par la taille réduite de leurs échantillons (autour de 600 personnes), le nombre encore plus réduit mais indéterminé d’intentions de vote non déclarées, la marge d’incertitude largement sous estimée (elle est de plus 4 %) et des doutes sur l’application de la méthode des quotas. Du coup, les résultats du premier tour des élections législatives permettent-ils d’évaluer les performances des sondeurs et... la pertinence de nos critiques ?

Sur 14 cas examinés, des écarts nombreux et importants ont été constatés entre les intentions de vote et les votes. Le soir même du scrutin Marine Le Pen se moquait des sondeurs en les accusant d’avoir sous-estimé son score de 10 %. Une exagération car l’écart n’est « que » de 4,36 %. D’autres ont été encore plus sous-estimés comme Gilbert Collard (FN) avec 5,07 %, Anne Peirrera (PS) avec 5,47 % ou Michèle Delaunay y (PS) avec 6,51 %. Les sondeurs sous-estimaient régulièrement le FN. En le faisant encore, on peut s’interroger sur le succès de la stratégie de banalisation du FN puisque les redressements n’ont pas été suffisants. Par contre, ils ne nous avaient pas habitués à sous-estimer les scores des candidats du PS. Quant aux ordres d’arrivée, une attente minimale qu’on peut avoir à l’égard des sondages, ils ont été souvent erronés. Le tableau ci-dessous est si éloquent qu’il dispense de toute analyse supplémentaire.

CirconscriptionCandidats IfopOpinionWayRésultat final [1]
2e du Gard [2] Gilbert Collard (FN)
Kathy Guyot (PS)
Etienne Mourrut (UMP)
29,5%
29,5%
29,5%
-
-
-
34,57%
32,87%
23,89%
1re des Pyrénées-Orientales [3] Jacques Cresta (PS)
Louis Aliot (FN)
Daniel Mach (UMP)
Jean Vila (FG)
20%
23%
29,5%
18%
-
-
-
24,58%
24,14%
28,21%
16,36%
1re de Charente-Maritime [4] Ségolène Royal (PS-PRG)
Olivier Falorni (DVG)
Sally Chadjaa (UMP)
36%
22%
21,5%
-
-
-
32,04%
28,92%
19,48%
1re du Rhône [5] Philippe Meirieu (EELV-PS)
Thierry Braillard (PRG)
Michel Havard(UMP)
André Morin (FN)
Claude Lanher (FG)
-
-
-
24%
21%
30%
9%
8%
18,36%
26,41%
31,42%
10,35%
5,73%
2e de l’Aude [6] Marie-Hélène Fabre (PS)
Michel PY (UMP)
Didier Cordonniou(DVG-PRG)
L-E.Philippe (FN)
Jean-Paul Tournissa (FG)
25%
27%
20%
17%
9%
-
-
-
26,84%
23,14%
21,89%
18,8%
5,91%
1re de l’Aveyron [7] M. Bultel-Herment (PS)
Yves Censi (UMP)
Stéphane Mazars (PRG)
Guilhem Serieys (FG)
Jean-Guillaume Remise (FN)
25,5%
40,5%
13%
8,5%
9%
-
-
-
28,27%
39,83%
14,18%
5,54%
8,16%
11e du Pas-de-Calais [8] Jean-Luc Mélenchon (FG)
Philippe Kemel (PS)
Marine Le Pen (FN)
Jean Urbaniak (UMP)
25%
21,5%
37%
13%
-
-
-
21,48%
23,5%
42,36%
7,92%
2e des Pyrénées-Atlantiques [9] Nathalie Chabanne (PS)
François BAYROU (Modem)
Eric Saubatte (UMP)
Jessica Bernadez (FN)
32%
30%
19%
8,5%
30% [10]
24%
23%
11%
34,91%
23,63%
21,72%
9,32%
2e Corse du sud [11] C. de Rocca Serra (UMP)
P-M. Bartoli (PRG-PS)
J-C. Angelini(F.a C.)
Dominique Bucchini (FG)
Bernard Angelini (FN)
33%
18%
20%
14%
11%
-
-
-
33%
21,23%
16,81%
10,86%
9,82%
2e de Gironde [12] Michèle Delaunay (PS)
Nicolas Florian (UMP)
Marie-Claude Noel (EELV)
François Jay (FN)
37%
38%
7%
6,5%
-
-
-
43,51%
34,29%
6,21%
5,77%
2e des Hauts-de-Seine [13] Manuel Aeschlimann (UMP)
Sébastien Pietrasanta(PS)
Rama Yade(P.rd,Mod.,NC)
Guillaume L’huillier (FN)
29%
36%
19%
5%
-
-
-
27,63%
37,56%
13,84%
6,38%
5e des Bouches-du-Rhône [14] Marie-Arlette Carlotti (PS)
Renaud Muselier (UMP)
Jean-Pierre BAUMANN (FN)
Frédéric Dutoit (FG)
34%
36%
13,5%
8,5%
-
-
-
34,43%
32,45%
16,27%
7,59%
2e de l’Aisne [15] Xavier Bertrand (UMP)
Anne Ferreira (PS)
Yannick Lejeune (FN)
-
-
-
41%
30%
17%
38,89%
35,47%
16,29%

[1Source : Ministère de l’intérieur

[2Ifop-fiducial-Midi libre, 8 juin 2012.

[3Ifop-fiducial-L’Indépendant et France Bleu Roussillon, 7 juin 2012.

[4Ifop-fiducial, Sud-Ouest-France Bleu-La Rochelle-La nouvelle République, 6 juin 2012.

[5OpinionWay-Fiducial-Lyon Capitale, 6 juin 2012. Signalons que Christian Latouche, le Pd-g de Fiducial qui signe ce sondage, est également propriétaire de Lyon Capitale.

[6Ifop-fiducial-L’Indépendant-Midi Libre, 4 juin 2012.

[7Ifop-fiducial, Centre Presse-Midi Libre, 4 juin 2012.

[8Ifop-fiducial-La voix du Nord, 6 juin 2012.

[9Ifop-fiducial-France Bleu-Pyrénées Presse-Sud-Ouest, 5 juin 2012.

[10OpinionWay-fiducial-LCI-Le Figaro, 24 mai 2012.

[11Ifop-fiducial-France Bleu-France3-Corse matin,4 juin 2012.

[12Ifop-fiducial, France Bleu Gironde-Sud-Ouest, 4 juin 2012.

[13Ifop-fiducial-Journal du Dimanche, 3 juin 2012.

[14Ifop-fiducial-Journal du Dimanche, 3 juin 2012.

[15Opinionway-Fiducial-Le Figaro, 1er juin 2012.

Lire aussi

  • Délires

    27 avril 2017

    La perspective (selon les sondages) d’une victoire confortable d’Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle ne réjouit manifestement pas toute la presse, celle partageant des affinités (...)

  • Ridicule incertitude

    18 avril 2017

    Pour un scientifique l’incertitude serait plutôt associée à la modestie. Après des mois de pourcentages d’intentions de vote pour l’élection présidentielle de 2017, l’omniprésence des sondeurs bavards sur (...)

  • Misère de la politologie (suite... sans fin)

    20 mars 2017

    Le suivi de la campagne électorale par l’association Le Monde, Sciences-Po et Ipsos, a donné lieu à la publication d’une nouvelle vague de résultats d’intentions de vote où l’importance des indécis est (...)