observatoire des sondages

Sondage belge

mardi 7 septembre 2010

Si la crise politique à laquelle est confrontée la Belgique semble pour l’instant sans issue, certains commentateurs allant jusqu’à évoquer une éventuelle disparition du pays, le quotidien La libre Belgique publiait ce mardi 7 septembre 2010 un sondage, par internet, selon lequel 14% des Belges et 15% des Flamands, seulement, sont favorables à une partition. Une surprise ? Personne ne contestera qu’évoquer cette information, voire émettre un avis sans pouvoir disposer des détails de l’enquête ne serait pas sérieux. Pour la grande majorité de la presse française, qui a repris et commenté ce sondage, cet argument, de bon sens, n’a plus cours. Pas un seul article ou commentaire ne s’est en effet préoccupé des sources de cette information, et de la méthodologie utilisée pour obtenir de tels résultats. Le mot sondage ferait-il perdre tous leurs moyens aux journalistes ?

Lire aussi

  • Le « retour » des poncifs

    16 novembre 2016

    La défaite d’Hillary Clinton et par conséquent des sondeurs américains a contraint les sondeurs français à imaginer une nouvelle ligne de défense de leur profession : l’immunité. Le fiasco du 8 novembre (...)

  • L’artefact Macron

    22 avril 2016

    Les sondages se sont multipliés selon lesquels Emmanuel Macron serait le candidat favori des Français pour l’élection présidentielle de 2017. Ils ont été abondamment repris par une presse prompte à se (...)

  • Sondages et simulation : le double « si »

    18 avril 2016

    Dans la course à l’élection présidentielle, nous sommes entrés de plain-pied dans la première des trois phases : avant la première, la campagne présidentielle proprement dite avec des candidats déclarés, (...)