observatoire des sondages

Temps de paroles : la comptabilité de « C Dans l’air »

jeudi 5 avril 2012

« C Dans l’air » est la seule émission politique quotidienne de la télévision française. La difficulté de trouver un sujet d’actualité ne saurait être sous estimée. Celle de trouver des invités l’est moins alors que le choix se porte sur des habitués ayant à promouvoir un titre de presse (les journalistes), une entreprise (les sondeurs) et des positions politiques. Avant que s’imposent les normes légales d’égalité des candidatures et conformément à son orientation idéologique ancienne, le moins qu’on puisse dire est que l’émission a réservé un sort très inégal aux différents candidats. Mais comme se plaisent à le répéter les journalistes de télévision, le temps de l’ORTF est révolu.

Journalistes (55) Le Figaro (13)

JDD (12)

Nouvel Observateur (10)

Le Monde (6)

L’Express (5)

Les Echos (3)

Sud Ouest(3)

Valeurs Actuelles (2)

Alter Eco (1)

Yves Thréard (6)

Bruno Jeudy (12)

Renaud Dely (9)

Raphaelle Bacqué (5)

Christophe Barbier (5)*

Nicolas Beytout (3)

Bruno Dive (3)

Guillaume Roquette (2)

Sondeurs (26) CETAN (8)

CSA (7)

IPSOS (5)

IFOP (3)

ViaVoice (2)

BVA (1)

Roland Cayrol (8)

Sainte Marie (7)

Brice Teinturier (5)

Jérôme Fourquet (3)

François Miquet Marty (2)

Gael Sliman (1)

Universitaires (26) Sciences Po Paris (16)

Autres (10)

Dominique Reynié(9)*

Pascal Perrineau (7)*

Gérard Grunberg (2)

Elie Cohen (4)

Jean Garrigues (2)

Sur un total de 64 émissions en janvier, février et mars 2012, 31 émissions ont concerné directement la campagne électorale présidentielle. Les sujets se distribuent comme suit : Nicolas Sarkozy (12), François Hollande (1), Sarkozy/Hollande (1), François Fillon (1), Fillon/Aubry (1), Marine Le Pen (1), Jean-Luc Mélenchon (1).

Cela ne tient pas compte du contenu largement favorable à Nicolas Sarkozy même quand l’émission aborde la candidature de Jean-Luc Mélenchon. C’est dire la focalisation du débat (sic) sur Nicolas Sarkozy, implicitement sur l’opposition Sarkozy-Hollande et très exceptionnellement (2) sur d’autres candidats, Jean-Luc Mélenchon n’étant évoqué que le 28 mars dans un débat très favorable à Nicolas Sarkozy.

En termes de presse, les journalistes de titres de droite ont été invités 35 fois, les journalistes de titre de gauche (un seul), 10 fois, et le reste (9) à des titres ambivalents. Sur un plus long terme, Christophe Barbier reste l’invité le plus présent avec 168 interventions depuis le 8 janvier 2008, suivi par Dominique Reynié, 105 fois depuis le 5 février 2008, Pascal Perrineau, 59 fois depuis le 14 mars 2008. Il faudrait tenir compte de la multipositionnalité de certains invités. Ainsi Dominique Reynié et Pascal Perrineau sont-ils invités aussi bien au titre d’universitaires que de membres de Fondapol, think tank proche de l’UMP.

Lire aussi

  • Macron : comment les sondages créent l’impopularité

    1er septembre 2017

    Rentrée politique répétitive envahie par les sondages à la faveur d’un « événement » qu’ils ont produit : Emmanuel Macron est impopulaire... déjà.
    « 57% de Français mécontents » pour l’Ifop et le Jdd qui (...)

  • Misère de la “philosophie” : imagine-t-on Platon commenter un sondage ?

    12 avril 2017

    Les sondeurs, les journalistes et les politiques fournissent les plus gros contingents à la « communauté » des doxosophes, terme par lequel Platon désignait les savants apparents et autres sophistes, (...)

  • Le « retour » des poncifs

    16 novembre 2016

    La défaite d’Hillary Clinton et par conséquent des sondeurs américains a contraint les sondeurs français à imaginer une nouvelle ligne de défense de leur profession : l’immunité. Le fiasco du 8 novembre (...)