observatoire des sondages

Un usage orwellien des sondages

mercredi 12 juin 2013

Le programme Prism des services de renseignements américains déclenche-t-il une polémique sur la protection de la vie privée des citoyens du monde, un sondage – américain – nous apprend que 56 % des citoyens – américains – sont favorables à cet espionnage (Washington Post-Pew Research Center-Capital insight, 10 juin 2013). Une caution démocratique ? C’est bien ainsi que les services concernés le conçoivent et semble-t-il que les médias l’ont conçu. Avec peut-être une légère dose de scepticisme pour un sondage très opportun [1]. Pourtant, il ne s’agit pas d’un renfort démocratique mais au contraire d’une technique augmentant la dangerosité de ces pratiques.

Les sondages consistent par définition à recueillir des informations sur les opinions et peuvent donc (pour ne pas dire sont déjà) participer aux dispositifs de surveillance. C’est même une raison fondamentale qui amène des citoyens à refuser d’être sondés. Et, à l’inverse, il faut que la petite minorité de sondés – ceux qui acceptent de jouer le jeu des sondeurs – ne nourrissent pas une forte crainte de la surveillance [2]. Autrement dit, par la force des choses, la méthode de sondage exclut les citoyens les plus sensibles à la surveillance et retient les personnes les moins sensibles. Les agences d’espionnage peuvent donc en toute sécurité commander des sondages qui légitimeront leurs pratiques. Big brother peut surveiller avec le consentement des sondés.


[1Le type de questionnement et les alternatives proposées dans le sondage (privilégier la lutte contre les menaces terroristes ou la préservation de la vie privée) étant en outre, par définition, biaisés.
Extraits : Q8 : What do you think is more important right now - (for the federal government to investigate possible terrorist threats, even if that intrudes on personal privacy) ; or (for the federal government not to intrude on personal privacy, even if that limits its ability to investigate possible terrorist threats ?) ; Q9 : As you may know, it has been reported that the National Security Agency has been getting secret court orders to track telephone call records of MILLIONS of Americans in an effort to investigate terrorism. Would you consider this access to telephone call records an acceptable or unacceptable way for the federal government to investigate terrorism ?.

[2Cf. notamment Faire parler le peuple.

Lire aussi

  • « Liberté de la presse » : quand les sondages décident de la liste des invités

    4 avril 2019

    Le désintérêt croissant depuis la première élection en 1979 pour le scrutin européen n’a pas dissuadé la radio-télévision publique française avant le début de la campagne officielle, fixée au 13 mai 2019, (...)

  • Les sondages imaginaires de Eric Zemmour

    23 novembre 2018

    Pas à une sottise près, Eric Zemmour a tout de même franchi un seuil supplémentaire en invoquant des sondages qui n’existaient pas. Avec la complicité de Alain Finkielkraut qui lui avait tendu le (...)

  • Les sondages et l’UMP

    27 novembre 2012

    La façon la plus évidente d’aborder les sondages dans une compétition électorale est de les comparer aux résultats. Comme cela a été fait pour les sondages sur l’élection du président de l’UMP. Ces (...)