observatoire des sondages

Une élection est-elle un sondage ?

mardi 22 mars 2011

Quelques lapsus des participants de l’émission C dans l’air (17 mars 2011) :

- Axel de Tarlé (France 5) : « On vote ce week-end pour les cantonales, et c’est la dernière fois que l’on vote avant les présidentielles de l’année prochaine. Alors peut-on parler d’un sondage grandeur nature en quelque sorte ? »

- Frédéric Dabi (directeur du département opinion et stratégie d’entreprises de l’Ifop) : « Ce scrutin est le dernier rendez-vous électoral, le sondage en grand avant l’élection présidentielle ».

- Pascal Perrineau (directeur du Cevipof) : « Je me souviens d’un sondage de l’institut CSA avec plus de 53% de suffrages exprimés. »

- Yves Thréard (directeur adjoint de la rédaction du Figaro) : « La popularité relative de Marine Le Pen, voire de Jean Luc Mélenchon dans les différents sondages qui sont faits actuellement (...) ce sont aussi des votes de rejet, ça ne veut pas dire nécessairement que l’électeur, ou le sondé plutôt, adhère à tout ce que dit l’intéressé ».

- Axel de Tarlé (France 5) : « Ce week-end ce n’est pas un sondage, on vote véritablement, et c’est la dernière fois qu’on vote avant les élections de 2012, ça sera pour Marine Le Pen l’occasion de mesurer dans les urnes sa popularité ? ».

Lire aussi

  • Le Parisien et les sondages : une fake news pour annoncer leur retour

    24 avril 2018

    Un an après avoir renoncé à commander des sondages, Le Parisien a annoncé sur France Inter par la voix de son directeur des rédactions Stéphane Albouy, qu’il allait bientôt revenir sur cette décision (6 (...)

  • La mémoire des sondeurs est-elle fiable ?

    24 novembre 2016

    Le sondeur Jérôme Jaffré, ancien vice-président de la Sofres, a longtemps été discret sur sa mésaventure de l’élection présidentielle de 1995. Il y revient dans le publireportage de Roland Cayrol, un autre (...)

  • Sondages toxiques sur l’élection présidentielle

    16 décembre 2015

    On croyait « l’institut » TNS Sofres enfin saisi par la raison pour avoir renoncé aux sondages politiques d’intentions de vote déconnectés de toute période électorale et multipliés par la facilité des (...)