observatoire des sondages

On croyait « l’institut » TNS Sofres [1] enfin saisi par la raison pour avoir renoncé aux sondages politiques d’intentions de vote déconnectés de toute période électorale et multipliés par la facilité des sondages en ligne.

C’était naïvement se tromper. Le temps de mettre en place une filiale ou un département spécialisé dans ces interrogations par internet TNS Sofres-Onepoint (en collaboration avec la société de conseil OnePoint). Voici donc les différentes hypothèses testées de configuration de la compétition présidentielle de 2017, avec ou sans Juppé, avec ou sans Sarkozy, avec ou sans Bayrou, mais avec Le Pen et Hollande, et Mélenchon, etc. Bref sans savoir qui se présentera (TNS Sofres Onepoint, Le Figaro, LCI, RTL, 15 décembre 2015). Il est toujours des gens pour se prêter à ce petit jeu stupide. Quelle récompense leur promet « l’institut » ? Nous avons suffisamment dit ici le mal que ces petits jeux apparemment anodins font à la démocratie. On avait cru comprendre que les derniers scrutins avaient étalé le mal aux yeux de tous. Il n’est pas dans nos moyens de faire cesser mais simplement d’avertir.

Lire aussi

  • Macron : comment les sondages créent l’impopularité

    1er septembre 2017

    Rentrée politique répétitive envahie par les sondages à la faveur d’un « événement » qu’ils ont produit : Emmanuel Macron est impopulaire... déjà.
    « 57% de Français mécontents » pour l’Ifop et le Jdd qui (...)

  • Entre amis : la commission, les sondeurs...et Emmanuel Macron

    27 janvier 2017

    Le 13 décembre 2016, la commission des sondages publiait un court bilan de son activité pour les années 2015 et 2016. On sait que son contrôle est non seulement rare mais pas sévère pour ne pas dire (...)

  • Public Sénat : deux records d’un coup

    1er décembre 2016

    La chaine Public Sénat a assurément battu un record de rapidité en diffusant dès le soir du deuxième tour de l’élection primaire de la droite et du centre un sondage sur les intentions de vote à (...)