observatoire des sondages

Le 13 février 2018 la CNCCFP [1] validait les comptes de campagne des candidats à la présidentielle de 2017. On peut désormais dresser un tableau comparatif des dépenses en enquêtes et sondages qu’ils ont déclarées officiellement pour les trois derniers scrutins.

NB : L’absence de dépenses sur ce poste n’est toutefois pas synonyme d’absence d’intérêt ou d’attention des candidats concernés. C’est notamment le cas de Jean-Luc Mélenchon ou de Jean-Marie Le Pen. A l’image de dernier, et contrairement à sa fille, qui a très longtemps manifesté publiquement son mépris pour les sondages (sans doute s’estimait-il sous-évalué) se "contentant" lors de la présidentielle de ceux publiés et commentés à profusion dans la presse.

En outre si l’on pouvait douter de la sincérité du mépris exprimé par Emmanuel Macron candidat ou président à l’égard des sondages - sous-entendant leur inutilité - le doute est maintenant levé et sa duplicité, du moins sur ce point, démontrée, comme tout politique [2]. On signalera pour exemple une "enquête" commandée à Ipsos et facturée 18 720 €, destinée à évaluer la popularité des membres pressentis par le candidat pour constituer son premier gouvernement (Le Monde, 3 mai 2018). Le "record officiel" des dépenses en sondages (en tout genre) est toujours détenu par la candidate PS Ségolène Royal, en 2007.

Présidentielle 2017 [3]

NB : les autres montants correspondent respectivement au total des dépenses déclarées, des dépenses retenues et enfin le montant remboursé [4].

Emmanuel Macron
François Fillon
Marine Le Pen
Benoît Hamon
Nicolas Dupont-Aignan
Nathalie Arthaud
Philippe Poutou
Jacques Cheminade
Jean Lassale
Jean-Luc Mélenchon
François Asselineau
325 643 €/16 698 320 € / 16 575 781 € / 10 640 794 €
199 320 €/ 13 784 073 € / 13 794 601 € / 2 067 625 €
189 814 €/ 12 416 567 € / 11 542 991 € 10 691 775 €
158 841 €/ 15 072 745 € / 15 008 634 € / 7 949 043 €
15 000 €/ 1 823 157 € / 1 806 590 € / 800 423 €
0/ 958 237 € / 956 121 € / 800 423 €
0/ 782 448 € / 767 723 € / 766 543 €
0/ 412 983 € / 406 563 € / 337 606 €
0/ 260 112 € / 241 573 € / 228 659 €
0/ 10 676 699 € / 10 241 760 € / 6 031 304 €
0/ 1 230 843 € / 1 237 609 €/ 755 139 €
Présidentielle 2012 [5]
François Hollande
Marine Le Pen
Nicolas Sarkozy
Eva Joly
François Bayrou
Nicolas Dupont-Aignan
Nathalie Arthaud
Philippe Poutou
Jacques Cheminade
Jean-Luc Mélenchon
236 373 €
127 852 €
110 919 €
71 880 €
35 149 €
10 764 €
0
0
0
0
Présidentielle 2007 [6]
Ségolène Royal
Nicolas Sarkozy
Philippe de Villers
François Bayrou
Dominique Voynet
Olivier Besancenot
Marie-George Buffet
Gérard Schivardi
José Bové
Frédéric Nihous
Jean-Marie Le Pen
Arlette Laguiller
836 807 €
527 800 €
67 813 €
56 212 €
26 312 €
388 €
0
0
0
0
0
0

[1Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques

[2"Il n’en reste rien des sondages. Il y a des gens qui toute leur vie ont été obsédés par ça. Il n’en reste rien des sondages (...) les vicissitudes du quotidien m’importent peu". Le Monde, 2 mars 2018. « Les sondages [...], je ne les commente pas, ce n’est pas ça faire campagne ! », une déclaration de février 2017 rapportée par Le Parisien à propos de la première année de sa présidence. Un rappel qui se veut sarcastique (9 mai 2018). Rappelons que le quotidien, qui avait annoncé lors de cette campagne ne plus vouloir commander de sondages, a décidé récemment de revenir sur cette décision. Cf. Le Parisien et les sondages : une fake news pour annoncer leur retour.

[3Cf. JO, 3 août 2017.

[5Cf. JO, 31 juillet 2012.

[6Cf. JO, 27 juillet 2007.

Lire aussi

  • Des sondeurs contents d’eux mêmes face à la critique

    1er mai 2017

    On ne pouvait douter que les sondeurs manifesteraient bruyamment leur autosatisfaction devant les résultats du premier tour de l’élection présidentielle. C’est d’ailleurs une profession portée à (...)

  • Présidentielle : sondages empoisonnés

    17 avril 2016

    A un an de l’élection présidentielle, et à six mois des primaires, l’intoxication sondagière a largement commencé. Elle va s’amplifier en nombre et en « qualité ».
    La surenchère va cependant être (...)

  • Sondages toxiques sur l’élection présidentielle

    16 décembre 2015

    On croyait « l’institut » TNS Sofres enfin saisi par la raison pour avoir renoncé aux sondages politiques d’intentions de vote déconnectés de toute période électorale et multipliés par la facilité des (...)