observatoire des sondages

Le Parisien et les sondages : une fake news pour annoncer leur retour

mardi 24 avril 2018

Un an après avoir renoncé à commander des sondages, Le Parisien a annoncé sur France Inter par la voix de son directeur des rédactions Stéphane Albouy, qu’il allait bientôt revenir sur cette décision (6 avril 2018).

Ce renoncement partiel [1], le quotidien ne s’interdisait pas de relayer ceux commandés par d’autres médias, lui aurait permis de gagner en profondeur d’analyse et de passer beaucoup « plus de temps sur le terrain » que s’il « avait travaillé avec les sondages ». On s’interroge alors sur les raisons de ce retour en arrière. Les journalistes seraient-ils lassés du « terrain » ? Rien de tel bien sûr aux dires du directeur des rédactions, si ce n’est que, en ce qui le concerne du moins, le travail en profondeur ne semble guère avoir été soutenu.

JPEG - 62.3 ko

- Stéphane Albouy (directeur des rédactions du Parisien) : « on reprendra les sondages. Le Parisien reprendra les sondages... »

- Sonia Devillers (France Inter) : « ça vous manque ? »

- Stéphane Albouy : « je pense que c’est un outil qui fait partie de la panoplie de l’analyse journalistique ça peut aider à étayer un certain nombre d’idées et puis de toute façon je l’ai toujours dit depuis le début y a pas de grande démocratie où il n’y pas d’institut de sondage ou plutôt dans les dictatures les sondeurs on le aimes pas trop. C’est un outil démocratique le sondage aussi ».

La sélection, notamment à l’entrée de l’Université, suscitant ces derniers temps beaucoup d’émois médiatiques, les propos du journaliste en rassureront sans doute certains : l’incompétence en sciences sociales ne constitue pas un handicap pour celles et ceux qui souhaitent embrasser la carrière de journaliste. Et si cela ne suffisait pas pour les rassurer, inutile de posséder non plus les notions élémentaires permettant de distinguer démocratie et dictature. Ils devraient même pouvoir diriger une rédaction, du moins celle du Parisien.

Pour tous les autres, y compris pour les prétendants et futurs journalistes, ce rappel si besoin était : les démocraties n’ont pas l’exclusivité des sondages [2], sauf à définir la Russie ou la Chine comme telles. On y fait des sondages et on y rencontre des sondeurs à l’image de l’Ifop, Ipsos, Odoxa, de Jérôme Fourquet, Brice Teinturier, Gaël Sliman, etc.

JPEG - 66.5 ko
JPEG - 156.6 ko

Lire aussi

  • 58% de putschistes

    30 avril 2021

    A l’image des manœuvres militaires conjointes associant les armées de différents pays, celles déployées dans la presse par des militaires français signataires d’une tribune dans le magazine d’extrême (...)

  • “Les Chinois aiment leurs dirigeants” : ceci n’est pas un sondage mais...

    19 juillet 2020

    « Les Chinois sont plutôt satisfaits de leurs dirigeants ». C’est ce que prétendent deux enquêtes menées en Chine sous la houlette d’universitaires américains dont le quotidien Le Monde, via son (...)