observatoire des sondages

Si Jean-Jacques Goldman (à son corps défendant faut-il le rappeler) condense à lui seul toute la vacuité et l’imposture des mesures sondagières et tout particulièrement celle de la popularité, il faut bien admettre qu’en ce début d’année 2024 Gabriel Attal, le tout nouveau Premier ministre, se pose en sérieux concurrent du chanteur de variété à la retraite depuis plus de 20 ans, mais lui s’en réjouit. Il ne viendrait à l’esprit d’aucun politicien, contemporain du moins, de mépriser a fortiori de refuser le titre « d’homme politique préféré des Français » que sondeurs et journalistes s’ingénient à vouloir attribuer continuellement aux gouvernants ou à ceux qui aimeraient le devenir. John Kennedy Toole y aurait vu (peut-être) une conjuration [1] tant les anomalies, au bas mot, truffent l’attribution d’un tel trophée sans parler de l’inanité des pré-requis pour le décrocher [2].

Première anomalie, mais non des moindres dans le cas présent, l’ensemble du gouvernement n’est pas (encore à ce jour) pleinement constitué qu’Odoxa est déjà parvenu à trouver 48% de sondés jugeant G. Attal, "bon Premier ministre", 1 mois à peine après avoir été nommé. De la faculté de juger... "Grâce" à J-J Goldman et surtout à l’Ifop on sait également depuis longtemps à quoi s’en tenir (cf. par exemple Et encore Goldman : le ridicule ne tue pas ; Le « mystère » Jean-Jacques Goldman).

Autre anomalie, il serait plus exact de parler de tentative d’intoxication tant les chiffres sont ici très loin de parler d’eux-mêmes. Si on peut leur faire dire beaucoup de choses, l’élan de générosité combiné de la presse et des sondeurs dans leurs commentaires et conclusions joue sur une ambiguïté pourtant grossière. Toujours la même : le (pas trop) mauvais, devient bon, l’impopularité devient popularité (cf. à ce propos Petits mensonges entre amis ou De la popularité en politique : l’exemple de Jacques Chirac). Quant à la valse des étiquettes des marchands de popularité pourtant probante (de 39% à 48%) : elle est passée sous silence. On ne saurait faire plus simple, et radical.

Que penser des 48% d’Odoxa transmuté en "personnalité préférée des Français" ? Les 51% qui "restent" sont manifestement des égarés pour Public Sénat ? Comment lire le "prudent" (faussement ?) "Prendre la première place du palmarès des leaders politique" d’Ipsos. Cluster17 et Le Point apportent une première réponse avec leur "courageux" : La nomination surprise du plus jeune Premier ministre de l’histoire de la Ve République semble séduire les Français. Avec 39% d’opinion favorables ? Tronçonnés en 24 points de sympathie et 15 points de soutien distillés par le sondeur. Avec son "4 Français sur 10 jugent que la nomination de Gabriel Attal à Matignon est une bonne chose pour le pays" (contre 28% et 31% NSP), Elabe semble plus mesuré, il se rattrape avec "Les Français ont une bonne image de Gabriel Attal", compétent (59%) capable d’obtenir des résultats "53%). "Bonne" réponse : en rire (mais à l’impossible nul n’est tenu dit-on).

« Dynamique  », « sympathique  », « ouvert au dialogue », "compétent", etc., on reconnait bien là les items formatés et prédigérés, sans signification réelle et concrète (cf. De la compétence des politiques : de quoi parle-t-on ?]), qui composent des QCM stéréotypés qui n’engagent à rien, que les vendeurs d’opinion fabriquent et soumettent en permanence à des sondés pleins de bonne volonté qui acceptent de répondre. Contre rémunération mêmes faibles et quelques flatteries de l’égo qui ne coutent rien, bien sûr. Sinon qui peut croire qu’ils peupleraient volontairement les panels, en passe de devenir des usines à trolls comme celles de Toluna opérateur important du secteur qui s’en vante quasi explicitement sur la page d’accueil de son site français [3].

Parler de popularité sur la base de tels instruments sans le moindre doute
pour décréter que G. Attal est « le politicien préféré des Français » c’est parler le langage de la doxosophie, de la politologie. Georges Orwell y aurait vu verrait peut-être de la novlangue sondagière (cf. 1984), Victor Klemperer, une déclinaison de son LTI la langue du IIIe Reich [4], une manipulation du langage. Comment ne pas y songer dès lors qu’il touche au politique ?


[1cf. La conjuration des imbéciles, 10/18, 2002, pour une édition en poche.

[2Ipsos avait ouvert le bal le 13 décembre 2023, suivi par l’Ifop (Jdd, 21 janvier 2024), Odoxa (Public Sénat, 30 janvier 2024), Elabe (Les Echos, 1er février 2024, Sans surprise le dernier de la classe, Cluster17 s’est joint également à la « chenille », Le Point 18 janvier 2024.

[3

JPEG - 93 ko

[4Lti, la langue du IIIe Reich, Agora, 2003, pour une version poche.

Lire aussi

  • Prophétie Bolloré : l’enfer après le paradis ?

    29 février 2024

    On se demandait ce que V. Bolloré voulait faire de CSA, l’entreprise de sondage quelque peu mis en sommeil depuis son rachat en 2008. On le sait maintenant plus précisément. Le réveiller à l’heure (...)

  • La clairvoyance arrive enfin sur un plateau

    5 septembre 2023

    Tout le monde sait ou devrait savoir tant cela va de soi, et ne jamais l’oublier, que sonder c’est avant tout poser une question (au minimum). C’est ce qu’a rappelé R. Pila, éditorialiste à LCI pour (...)

  • Doxosophie de la pauvreté, pauvreté de la doxosophie

    2 juin 2023

    Pensées et conçues depuis toujours comme des défalques des études de consommation ou de satisfaction, il ne fallait guère attendre des « enquêtes » de sondeurs, quand ils s’immiscent dans des affaires (...)