observatoire des sondages

Aucun sondage politique le temps d’une campagne pour Le Parisien

mardi 3 janvier 2017

Le directeur des rédactions du Parisien/Aujourd’hui en France Stéphane Albouy a annoncé mardi sur France Inter que le quotidien ne commanderait plus de sondages politiques, une « pause » pendant la campagne pour « se concentrer sur le journalisme de terrain » (AFP, 3 janvier 2017).

A coup sûr, ce n’est pas « une information comme une autre » comme on le dit si souvent à propos des sondages, ce renoncement partiel - le Parisien ne commande plus de sondages mais ne s’interdit pas de relayer ceux des autres médias - est intéressant à deux égards : il marque une première rupture à l’égard de l’addiction médiatique aux sondages - surtout électoraux - dont on sait qu’elle est particulièrement élevée dans la presse française et offre le terrain d’une expérience comparative où l’on aura beaucoup d’intérêt à suivre les traitements comparés de la campagne présidentielle et leur écho.

On peut déjà croire le Parisien qui dément un intérêt financier immédiat car le journalisme de terrain coûte plus cher que les sondages - le journal avoue en commander pour plusieurs dizaines de milliers d’euros chaque année - et féliciter la rédaction de faire un choix de qualité de l’information. En démentant diplomatiquement toute défiance avec les sondeurs mais en adoptant la critique d’une transformation de l’élection présidentielle en « course de chevaux ».

Lire aussi

  • Complotisme : fake news à la une (I)

    10 janvier 2018

    L’Ifop, la fondation Jean Jaurès et le site internet associatif Conspiracy Watch ont choisi le moment « anniversaire » des attentats de janvier 2015 pour publier un sondage sur la crédulité des (...)

  • Le second tour et la presse régionale : « du grand n’importe quoi »

    2 mai 2017

    On sait que la presse ne goûte que très peu les situations où tout semble jouer d’avance, surtout en matière électorale. Il lui faut donc d’entretenir le suspense quitte à dire le tout et son contraire. (...)

  • Délires

    27 avril 2017

    La perspective (selon les sondages) d’une victoire confortable d’Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle ne réjouit manifestement pas toute la presse, celle partageant des affinités (...)