observatoire des sondages

De bonne guerre

mercredi 25 mai 2016

Jean-Claude Mailly, leader du syndicat FO, était confronté dimanche 22 avril sur I>télé aux sempiternelles questions journalistiques fondées sur l’opinion publique des sondages.

"Les Français" condamnaient très massivement les violences manifestantes. Après l’incendie d’une voiture de police et l’agression de son conducteur - décoré la veille de l’émission par le ministre de l’Intérieur - on voit mal comment on pourrait approuver. Le leader syndicaliste souligna d’ailleurs que s’il y avait des casseurs, leur action était soulignée par le passage en boucle des violences sur les chaînes d’info en continu [1]. Et d’accepter la condamnation.... tout en poursuivant que l’opinion des sondages était aussi largement favorable au retrait de la loi El Khomri. Sondage contre sondage, c’est de bonne guerre [2].


[1- Audrey Pulvar : “La mobilisation syndicale est-ce qu’elle est hors-sol ou pas ? On a posé la question aux Français ? Je sais que les instituts de sondages n’ont pas la faveur des organisations syndicales mais là d’après notre partenaire BVA-Orange 58% des Français voudraient que les manifestations cessent. Et essentiellement en raison des violences”. Sondage BVA-Orange-I>télé, réalisé pour l’émission et publié 22 avril 2016.

- Jean-Claude Mailly :" Je peux comprendre y compris quand on voit à longueur d’images la voiture qui brûle toute la journée. Mais je ne dis pas qu’il n’y pas de violence, il y en a".

[2-Audrey Pulvar : "d’accord ce n’est qu’un sondage, même si une majorité de Français sont contre la poursuite des manifestations, la CGT et FO continuent d’appeler à manifester...

- Jean-Claude Mailly : "en même temps une majorité de Français sont...

- Audrey Pulvar :"contre la loi..."

- Jean-Claude Mailly : "... sont contre la loi".

Le leader syndical ne se réfère à aucun sondage précis (à titre d’exemple : 74% des "Français" affirment être opposés au projet de loi, sondage Elabe-BFM-TV, 4 mai 2016).

Lire aussi

  • Macron : comment les sondages créent l’impopularité

    1er septembre 2017

    Rentrée politique répétitive envahie par les sondages à la faveur d’un « événement » qu’ils ont produit : Emmanuel Macron est impopulaire... déjà.
    « 57% de Français mécontents » pour l’Ifop et le Jdd qui (...)

  • « Des réformes... et vite » : quand la réponse est dans la question

    18 octobre 2016

    Huit Français sur dix (81%) se disent favorables à la tenue de référendums sur de grandes réformes lors des trois premiers mois suivant l’élection présidentielle de 2017, selon un sondage Ifop pour le (...)

  • Sondages sur-mesure : le cas Macron

    5 octobre 2016

    Il est des cas, rares il est vrai, où la démonstration d’un lien de causalité direct entre les résultats des sondages et les affinités politiques et idéologiques de leurs commanditaires et acheteurs (...)