observatoire des sondages

De bonne guerre

mercredi 25 mai 2016

Jean-Claude Mailly, leader du syndicat FO, était confronté dimanche 22 avril sur I>télé aux sempiternelles questions journalistiques fondées sur l’opinion publique des sondages.

"Les Français" condamnaient très massivement les violences manifestantes. Après l’incendie d’une voiture de police et l’agression de son conducteur - décoré la veille de l’émission par le ministre de l’Intérieur - on voit mal comment on pourrait approuver. Le leader syndicaliste souligna d’ailleurs que s’il y avait des casseurs, leur action était soulignée par le passage en boucle des violences sur les chaînes d’info en continu [1]. Et d’accepter la condamnation.... tout en poursuivant que l’opinion des sondages était aussi largement favorable au retrait de la loi El Khomri. Sondage contre sondage, c’est de bonne guerre [2].


[1- Audrey Pulvar : “La mobilisation syndicale est-ce qu’elle est hors-sol ou pas ? On a posé la question aux Français ? Je sais que les instituts de sondages n’ont pas la faveur des organisations syndicales mais là d’après notre partenaire BVA-Orange 58% des Français voudraient que les manifestations cessent. Et essentiellement en raison des violences”. Sondage BVA-Orange-I>télé, réalisé pour l’émission et publié 22 avril 2016.

- Jean-Claude Mailly :" Je peux comprendre y compris quand on voit à longueur d’images la voiture qui brûle toute la journée. Mais je ne dis pas qu’il n’y pas de violence, il y en a".

[2-Audrey Pulvar : "d’accord ce n’est qu’un sondage, même si une majorité de Français sont contre la poursuite des manifestations, la CGT et FO continuent d’appeler à manifester...

- Jean-Claude Mailly : "en même temps une majorité de Français sont...

- Audrey Pulvar :"contre la loi..."

- Jean-Claude Mailly : "... sont contre la loi".

Le leader syndical ne se réfère à aucun sondage précis (à titre d’exemple : 74% des "Français" affirment être opposés au projet de loi, sondage Elabe-BFM-TV, 4 mai 2016).

Lire aussi

  • Macron : comment les sondages créent l’impopularité

    1er septembre 2017

    Rentrée politique répétitive envahie par les sondages à la faveur d’un « événement » qu’ils ont produit : Emmanuel Macron est impopulaire... déjà.
    « 57% de Français mécontents » pour l’Ifop et le Jdd qui (...)

  • Quand les politiques se servent de la critique des sondages

    10 octobre 2016

    C’est un phénomène bien connu la critique des sondages ne vient à l’esprit des politiques, la plupart du temps, que lorsque les résultats ne leur plaisent pas (cf. Primaire à droite : un candidat (...)

  • De bonne guerre (suite)

    20 juin 2016

    Après Jean-Claude Mailly de FO, c’est au tour de Philippe Martinez, leader de la CGT, de “faire le coup” de l’ "opinion publique" (celle des sondages) à un journaliste, pourtant si prompte à s’y (...)