observatoire des sondages

De la démocratie à l’opiniomanie

jeudi 17 novembre 2016

Le baromètre Ipsos-Cevipof semble altérer singulièrement le comportement et les capacités cognitives de certains membres de la rédaction du quotidien Le Monde. Fin septembre les lecteurs du journal étaient pris pour des idiots (cf. Quand un journaliste du Monde prend ses lecteurs pour des imbéciles), ce mois-ci c’est la vie politique démocratique qui prend une nouvelle ampleur : « Les sondages sont des ressorts essentiels de la dramaturgie des campagnes électorales » (Gérard Courtois (Le Monde, 17 novembre 2016).

- Traduction : « publier des sottises et des fausses informations est ma conception de la démocratie ». Le diagnostic posé par Libération dans son édition du 15 novembre se confirme donc parmi les consommateurs des sondages, qualifiés de « drogue dure », les plus dépendants sont bien avec les politiques les journalistes.

Lire aussi

  • Sondolâtrie

    24 avril 2017

    Les croyants ne se renouvellent pas. Consubstantiel à la foi. Laurent Joffrin ne se donne même pas la peine de vérifier et de renouveler la métaphore des sondages et de la météo. Misère de (...)

  • Le culte des sondages fait-il perdre la raison ?

    14 avril 2017

    Ne disposant d’aucune information supplémentaire nous nous contenterons de diagnostiquer à propos du sujet ci-dessous une faiblesse intellectuelle momentanée, liée sans doute à une campagne (...)

  • Jean-Louis Bourlanges s’en mêle aussi : les sondeurs américains sont maudits

    13 novembre 2016

    Comme Christophe Barbier, l’éditorialiste vedette de l’Express , Jean-Louis Bourlanges, politologue chargé de cours à Sciences-Po Paris semble un peu fâché avec la logique et peu sensible au principe (...)