observatoire des sondages

Déchéance de nationalité

vendredi 1er janvier 2016

La déchéance de nationalité française proposée contre les binationaux auteurs d’attentats a offert aux sondeurs l’opportunité d’un dernier tir en 2015 : un sondage vite fait par internet, limité à des questions fermées binaires (d’accord/pas d’accord). Résultat : “86% des Français" (Elabe, BFM-TV - 29 décembre 2015), 85% pour OpinionWay (Le Figaro - 30 décembre 2015), sont favorables à la déchéance considérée comme compatible avec "les valeurs de la gauche" par 67% (Elabe).

De qui ? Des Français bien sûr selon les sondeurs qui ont besoin de le croire malgré les récurrentes critiques sur la représentativité de leurs échantillons en ligne, les gratifications pingres en pleine période de fêtes.

Surtout, était-il besoin d’interroger des gens dont on pouvait attendre un score soviétique en ce climat de peur du terrorisme ? Dans ces sondages pousse-au-crime on sait que l’émotion, la peur, la colère font fi de toute considération minimalement informée sur les aspects sérieux, juridiques, politiques et même éthiques, bref sur toute compétence et réflexion. Réponse massive à question d’évidence. Dans un autre siècle, on disait que c’était la foule qui s’exprimait ainsi (Gustave Le Bon, Gabriel Tarde). Pas un peuple. Grâce aux sondages pousse-au-crime, la question n’est pas refermée.

Lire aussi

  • Des sondeurs contents d’eux mêmes face à la critique

    1er mai 2017

    On ne pouvait douter que les sondeurs manifesteraient bruyamment leur autosatisfaction devant les résultats du premier tour de l’élection présidentielle. C’est d’ailleurs une profession portée à (...)

  • Misère de la “philosophie” : imagine-t-on Platon commenter un sondage ?

    12 avril 2017

    Les sondeurs, les journalistes et les politiques fournissent les plus gros contingents à la « communauté » des doxosophes, terme par lequel Platon désignait les savants apparents et autres sophistes, (...)

  • Le « retour » des poncifs

    16 novembre 2016

    La défaite d’Hillary Clinton et par conséquent des sondeurs américains a contraint les sondeurs français à imaginer une nouvelle ligne de défense de leur profession : l’immunité. Le fiasco du 8 novembre (...)