observatoire des sondages

Déchéance de nationalité

vendredi 1er janvier 2016

La déchéance de nationalité française proposée contre les binationaux auteurs d’attentats a offert aux sondeurs l’opportunité d’un dernier tir en 2015 : un sondage vite fait par internet, limité à des questions fermées binaires (d’accord/pas d’accord). Résultat : “86% des Français" (Elabe, BFM-TV - 29 décembre 2015), 85% pour OpinionWay (Le Figaro - 30 décembre 2015), sont favorables à la déchéance considérée comme compatible avec "les valeurs de la gauche" par 67% (Elabe).

De qui ? Des Français bien sûr selon les sondeurs qui ont besoin de le croire malgré les récurrentes critiques sur la représentativité de leurs échantillons en ligne, les gratifications pingres en pleine période de fêtes.

Surtout, était-il besoin d’interroger des gens dont on pouvait attendre un score soviétique en ce climat de peur du terrorisme ? Dans ces sondages pousse-au-crime on sait que l’émotion, la peur, la colère font fi de toute considération minimalement informée sur les aspects sérieux, juridiques, politiques et même éthiques, bref sur toute compétence et réflexion. Réponse massive à question d’évidence. Dans un autre siècle, on disait que c’était la foule qui s’exprimait ainsi (Gustave Le Bon, Gabriel Tarde). Pas un peuple. Grâce aux sondages pousse-au-crime, la question n’est pas refermée.

Lire aussi

  • Sondages et présidentielle : comptes des campagnes 2007, 2012 et 2017

    12 mai 2018

    Le 13 février 2018 la CNCCFP [1] validait les comptes de campagne des candidats à la présidentielle de 2017. On peut désormais dresser un tableau comparatif des dépenses en enquêtes et sondages qu’ils (...)

  • Sonder sans sondage ni doute

    15 avril 2018

    Fournisseur officiel de la chaine d’info en continu BFMTV, le sondeur Elabe, en la personne de son Pdg Bernard Sananès (ancien journaliste et conseiller en communication), est venu présenter ce (...)

  • Popularité de Poutine : la plaisanterie

    11 mars 2018

    Si la presse française relaye et commente avec constance et régularité la popularité sondagière des politiques français et ses oscillations perpétuelles, elle manifeste plus de retenue concernant les (...)