observatoire des sondages

Des sondages, en attendant la Révolution...

mardi 28 juin 2016

S’il semble malaisé de justifier la peine que l’on s’inflige à regarder l’infotainment on pourra toujours dire que lorsque « l’avant-garde révolutionnaire » ne jure que par les majorités de sondage sur un plateau de télévision cela « valait le coup » (« On n’est pas couché », France 2, 25 juin 2016).

- Olivier Besancenot (NPA) : qui nous a mis dans la mouise avec l’histoire de l’Euro (football) ? C’est le gouvernement. Le gouvernement a fait un calcul politique... entre autre. C’est d’instrumentaliser l’Euro pour retourner l’opinion contre la mobilisation sociale.

[....]

Monsieur Valls (...) il y a un truc qui est clair, il est minoritaire dans tous les domaines. Minoritaire dans son parti, minoritaire dans l’opinion.... parce qu’à l’heure où je vous parle toutes les tentatives de division n’ont pas marché, il y a une majorité de l’opinion qui est contre la loi travail.

[...]

- Yann Moix (ONPC) : "il y a une légitimité des deux côtés, vous êtes tout aussi légitime par la rue, qu’ils (Les membres du gouvernement) le sont par la loi.

[...]

- Olivier Besancenot (NPA) : « je vais aller plus loin aujourd’hui la contestation sociale a plus de légitimité que le gouvernement. »

- Léa Salamé (ONPC) : « basée sur quoi ? »

- Olivier Besancenot (NPA) : « je ne me suis jamais caché derrière mon petit doigt je suis un militant révolutionnaire je pense qu’il faudrait une bonne vieille révolution dans ce pays... »

- Yann Moix : « Nous y voilà... »

- Olivier Besancenot : « non. On en est très loin Je tiens à rassurer tout le monde, on en est très loin. On est dans une mobilisation sociale sur un projet de loi, le projet de loi Travail et on parle de ça et on parle de légitimité et je vous dis que oui, maintenant, il y a une majorité de l’opinion qui est toujours contre la loi Travail. Et il y a des raisons à ça, malgré une campagne de propagande sans précédent. »

- Léa Salamé : « en quoi ceux qui manifestent dans la rue, c’est ce que vous avez dit, sont plus légitimes que ceux qui gouvernent ? »

- Olivier Besancenot : sur la question de la loi Travail. (...)

- Léa Salamé : « en quoi ces gens-là ont plus de légitimité qu’un président de la république, on n’en pense ce qu’on veut, qui a été élu par des millions de personnes ? »

- Olivier Besancenot : « je vous parle de la mobilisation, je vous dis qu’à l’heure actuelle la majorité de l’opinion est contre la loi travail. »

[...]

- Léa Salamé : « manifestement vous regardez beaucoup les sondages puisque ça fait trois fois que vous nous citez que la loi El khomri est critiquée par la majorité des Français, ce qui est vrai... »

- Olivier Besancenot : « la majorité de l’opinion oui. »

- Léa Salamé : « parlons des sondages et des intentions de vote : comment vous expliquez que Mélenchon soit à 15% et pas vous ? »

- Olivier Besancenot : « ceux qui pensent que 2017 ça commence maintenant bon courage. Je ne vais pas gaspiller un peu de salive pour commenter ça. »

Lire aussi

  • Des sondeurs contents d’eux mêmes face à la critique

    1er mai 2017

    On ne pouvait douter que les sondeurs manifesteraient bruyamment leur autosatisfaction devant les résultats du premier tour de l’élection présidentielle. C’est d’ailleurs une profession portée à (...)

  • Le « retour » des poncifs

    16 novembre 2016

    La défaite d’Hillary Clinton et par conséquent des sondeurs américains a contraint les sondeurs français à imaginer une nouvelle ligne de défense de leur profession : l’immunité. Le fiasco du 8 novembre (...)

  • De bonne guerre (suite)

    20 juin 2016

    Après Jean-Claude Mailly de FO, c’est au tour de Philippe Martinez, leader de la CGT, de “faire le coup” de l’ "opinion publique" (celle des sondages) à un journaliste, pourtant si prompte à s’y (...)