observatoire des sondages

En Pologne aussi...

lundi 11 mai 2015

La providence n’a pas été plus clémente pour les sondeurs polonais que pour leurs coreligionnaires britanniques (cf. Elections britanniques : fiasco des sondeurs et surprise de la presse. Et ça continuera)

Donné largement favori par les derniers sondages parus avant le premier tour de l’élection présidentielle du 10 mai 2015, qui lui attribuaient entre 35 et 40% des voix, le président polonais sortant, Bronisław Komorowski, a finalement été devancé, « à la surprise générale », par son adversaire conservateur Andrzej Duda, le candidat du PIS. Crédité de 27 à 29% des voix cet ancien collaborateur du président Lech Kaczynski (mort dans une catastrophe aérienne en avril 2010) a réuni selon les derniers dépouillements 36,7% des suffrages contre 31,9% à Bronisław Komorowski (AFP, 11 mai 2015).

Les électeurs de tous les pays se sont-ils donnés le mot ? Quoi qu’il en soit l’Observatoire nie toute responsabilité dans ce nouveau fiasco.

Lire aussi

  • « Les sondages de l’Elysée » version autrichienne

    12 octobre 2021

    Il n’y a pas qu’en France, on peut s’en douter, que les sondages sont utilisés comme « arme politique ». En Autriche aussi. Un usage qui n’a pas échappé non plus au parquet anti-corruption du pays. (...)

  • Paroles, paroles : le ministre et les sondés

    1er septembre 2021

    Les insinuations de J-M. Blanquer, ministre de l’Education nationale, affirmant que la période de versement de l’allocation scolaire coïnciderait avec une augmentation de la vente d’écrans plats (...)