observatoire des sondages

Epiménide le crétois

mercredi 15 mars 2017

On rappellera à tout hasard l’aporie d’Epiménide :

- Epiménide dit que les Crétois sont des menteurs

- Epiménide est crétois

On peut se demander si les journalistes ne sont pas systématiquement dans la même situation qu’Epiménide dès lors qu’ils parlent de sondages. Ainsi, dans Libération le rédacteur en chef adjoint du service France écrit dans un édito titré : « les sondages miroir des indécis » :

« si aujourd’hui beaucoup d’électeurs de gauche hésitent encore sur leur bulletin de vote, c’est parce qu’ils veulent être sûrs de pouvoir écarter le scénario noir d’une confrontation entre Marine Le Pen et François Fillon au deuxième tour de scrutin » (Libération, 15 mars 2017).

Comment le sait-il ?

Les sondages bien sûr ! Comment les sondages incapables de statuer sur les opinions « trop indécises » pourraient statuer sur l’indécision ? Et de nous donner des chiffres « le socle des irréductibles » : « 50% pour Macron, contre 72% pour Fillon ou 81% pour Le Pen. Un ratio équivalent pour Hamon ou Mélenchon » (Libération, Ibid).

Est-ce si sûr ? surtout quand on affirme à propos des sondages en début d’article : « leur caractère prédictif n’a jamais été aussi peu fiable ».

Un cas d"école pour les centres de formation de journalistes et les dialecticiens.

Lire aussi

  • Misère de la politologie (suite... sans fin)

    20 mars 2017

    Le suivi de la campagne électorale par l’association Le Monde, Sciences-Po et Ipsos, a donné lieu à la publication d’une nouvelle vague de résultats d’intentions de vote où l’importance des indécis est (...)

  • Un moratoire du Monde

    21 janvier 2017

    Le Monde a renoncé à publier des sondages sur la primaire PS. On l’apprend quasiment par raccroc de la plume du médiateur qui répond ainsi à des lecteurs s’étonnant de cette absence (Le Monde, 20 janvier (...)

  • Même Jean-Luc Mélenchon

    5 janvier 2017

    On avait connu Jean-Luc Mélenchon circonspect sur les sondages. Mais il faut croire que les candidats ne peuvent se permettre les lucidités intellectuelles quand ils sont en campagne. Et si les (...)