observatoire des sondages

FN : coup de jeune artificiel

samedi 17 décembre 2016

« Le FN en tête des partis dont les jeunes se sentent le plus proches » (AFP, 16 décembre 2016). On doit apprécier ce titre au FN. Qu’en est-il ?

Un sondage Odoxa-Dentsu-France Info place effectivement le FN en tête avec 19 %. 19 % de quoi ? Des sondés en ligne de moins de 35 ans, qui se sentent « le plus proches, ou disons le moins éloignés ». On voudrait faire monter les effectifs du parti d’extrême droite qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

On sait que les jeunes sont moins engagés en faveur des partis quelle que soit la forme, qu’ils sont sujets à une indifférence politique plus grande. Ainsi 34 % se déclarent sans proximité partisane (un chiffre sous-estimé dans un échantillon spontané comme l’est un sondage en ligne) soit 5 % de plus que les 35 ans et plus. En outre, le chiffre de 19 % est à peu près celui qui est accordé au FN en intentions de vote. Il serait même assez décevant. Contrairement à ce que le titre laisse croire. Autrement dit rien d’exceptionnel. Si l’on ajoute que les jeunes (18-34 ans) sont 14 % à déclarer une préférence - positive ou négative - pour LR et 11 % pour le PS, le score du FN est aussi déterminé par la propension à déclarer une opinion plus radicale que modérée dans un échantillon spontané.

Comment ferait-on un redressement alors qu’il ne s’agit pas d’intentions de vote. Finalement, ce sondage n’apporte aucune information minimalement intéressante. Fallait-il le taire dès lors qu’il avait été fait ? Fallait-il un titre tiède. On ne saurait résister à la titraille ce ronflement persistant, angoissant ou heureux des sirènes du FN. Une heure après l’AFP, Le Parisien faisait dans la surenchère...

JPEG - 64.9 ko

...ou dans la contrefaçon, terme plus approprié.

Lire aussi

  • Entre amis : la commission, les sondeurs...et Emmanuel Macron

    27 janvier 2017

    Le 13 décembre 2016, la commission des sondages publiait un court bilan de son activité pour les années 2015 et 2016. On sait que son contrôle est non seulement rare mais pas sévère pour ne pas dire (...)

  • Le matraquage Macron ou les ressorts de la popularité

    25 avril 2016

    Cent-quarante-deux ! C’est le nombre de sondages publiés dans la presse ayant pour objet Emmanuel Macron.
    S’ils ne concernent pas tous exclusivement le ministre de l’Economie cette masse conséquente (...)

  • Sondages et simulation : le double « si »

    18 avril 2016

    Dans la course à l’élection présidentielle, nous sommes entrés de plain-pied dans la première des trois phases : avant la première, la campagne présidentielle proprement dite avec des candidats déclarés, (...)