observatoire des sondages

François Hollande en sondeur et critique

jeudi 9 mars 2017

Amateur de confidences, François Hollande vient de livrer cette évaluation peu banale pour un Président de la République sur le score du FN : Les sondages sous-estimeraient les intentions de vote en faveur de Marine Le Pen [1].

Comment le juge-t-il ? En prenant connaissance des chiffres des sondages bien sûr. Comment conclut-il à une sous-estimation ? Les entreprises de sondages ne donnant pas leurs redressements, il faut croire que c’est une impression que l’on appelle le doigt mouillé. Maisi alors que ne critique-t-il pas la technologie des sondages. On sait qu’il fut pourtant hostile à la dernière réforme votée par amendement le 25 avril 2016. Il est vrai qu’en ce temps-là, il se voyait en candidat et recourait d’ailleurs au service d’un sondeur censé le remettre en selle. Raté.


[1Cf. « Election présidentielle : François Hollande estime que la campagne électorale n’est pas à la hauteur », Le Monde, 8 mars 2017.

Lire aussi

  • Misère de la politologie (suite... sans fin)

    20 mars 2017

    Le suivi de la campagne électorale par l’association Le Monde, Sciences-Po et Ipsos, a donné lieu à la publication d’une nouvelle vague de résultats d’intentions de vote où l’importance des indécis est (...)

  • Même Jean-Luc Mélenchon

    5 janvier 2017

    On avait connu Jean-Luc Mélenchon circonspect sur les sondages. Mais il faut croire que les candidats ne peuvent se permettre les lucidités intellectuelles quand ils sont en campagne. Et si les (...)

  • Aucun sondage politique le temps d’une campagne pour Le Parisien

    3 janvier 2017

    Le directeur des rédactions du Parisien/Aujourd’hui en France Stéphane Albouy a annoncé mardi sur France Inter que le quotidien ne commanderait plus de sondages politiques, une « pause » pendant la (...)