observatoire des sondages

François Hollande en sondeur et critique

jeudi 9 mars 2017

Amateur de confidences, François Hollande vient de livrer cette évaluation peu banale pour un Président de la République sur le score du FN : Les sondages sous-estimeraient les intentions de vote en faveur de Marine Le Pen [1].

Comment le juge-t-il ? En prenant connaissance des chiffres des sondages bien sûr. Comment conclut-il à une sous-estimation ? Les entreprises de sondages ne donnant pas leurs redressements, il faut croire que c’est une impression que l’on appelle le doigt mouillé. Maisi alors que ne critique-t-il pas la technologie des sondages. On sait qu’il fut pourtant hostile à la dernière réforme votée par amendement le 25 avril 2016. Il est vrai qu’en ce temps-là, il se voyait en candidat et recourait d’ailleurs au service d’un sondeur censé le remettre en selle. Raté.


[1Cf. « Election présidentielle : François Hollande estime que la campagne électorale n’est pas à la hauteur », Le Monde, 8 mars 2017.

Lire aussi

  • Petite leçon de méthode d’un sondeur russe

    25 octobre 2022

    Si les sondeurs, français notamment, racontent beaucoup d’histoires drôles, scientifiquement parlant s’entend, pas sûr qu’ils apprécient comme il se doit la blague du Monde, bien involontaire il est (...)

  • Hypothèses impossibles : Le Monde en retard d’une guerre

    24 octobre 2021

    On ne saurait garantir à 100% qu’à la seule évocation de son nom la commission des sondages déclenche l’hilarité des sondeurs, mais on peut affirmer sans risque de se tromper que s’ils la « respectent » (...)