observatoire des sondages

Hypothèses impossibles : Le Monde en retard d’une guerre

dimanche 24 octobre 2021

On ne saurait garantir à 100% qu’à la seule évocation de son nom la commission des sondages déclenche l’hilarité des sondeurs, mais on peut affirmer sans risque de se tromper que s’ils la « respectent » c’est essentiellement parce qu’elle les laissent libres de faire ce qu’ils veulent et cède à tous leurs caprices.

La presse n’est pas en reste. Mises à part les dispositions légales relatives à l’interdiction de publication 48 heures avant un scrutin, elle ne respecte pas ou plus depuis longtemps, si ce n’est épisodiquement, la jurisprudence de la commission des sondages. Excepté peut-être Le Monde qui tel le bon élève, bien sage et sans aspérité, se soumet sans rechigner à ses recommandations, de peur d’être pris en faute. Du moins le croit-il ?

C’est presque en s’excusant que le quotidien a annoncé le 22 octobre 2021 (cf. ci-dessous) [1] qu’il continuera à commenter des sondages mais uniquement ceux qu’il commande à Ipsos son partenaire commercial et éditorial. Les autres ?... Moins. Et d’assurer, comme gage de sa détermination à ne pas parasiter le processus électoral par des spéculations en tout genre, qu’il respectera les recommandations de la commission.

JPEG - 94.8 ko

Sauf que les dites recommandations sur ce point ont disparu début octobre.« Faites ce que bon vous semble, vous serez toujours bénis » ont écrit en substance à l’intention des sondeurs la présidente de la commission et son secrétaire général, deux conseillers d’Etat, auteurs du rapport où figure la nouvelle jurisprudence (cf. Hypothèses impossibles : revirement de jurisprudence).

Faut-il en déduire que Le Monde ne le savait pas ? Pour le bon élève, « le premier de la classe », que l’on désigne, moins souvent certes qu’il y a quelques années, comme le quotidien de référence, ça fait un peu tache. Mais il n’est jamais trop tard pour « bien faire ». Y compris pour les bons élèves. On dit même parfois que cela pourrait leur faire du bien : « alors vas-y Le Monde, lâche-toi ! ». La commission des sondages t’a déjà pardonné.


[1En annexe d’un commentaire d’un sondage Ipsos du directeur actuel du Cevipof.

Lire aussi

  • Petite leçon de méthode d’un sondeur russe

    25 octobre 2022

    Si les sondeurs, français notamment, racontent beaucoup d’histoires drôles, scientifiquement parlant s’entend, pas sûr qu’ils apprécient comme il se doit la blague du Monde, bien involontaire il est (...)

  • Sondage à la sauce hongroise

    16 octobre 2022

    Les sondages, on le sait, ne sont pas l’apanage des démocraties. N’en déplaisent aux sondeurs qui tels des arracheurs de dents affirment le contraire depuis des lustres. Enquêtes publiques de masse, (...)

  • Se payer un sondage

    9 janvier 2022

    Si les sondeurs utilisent leurs sondages comme outil d’auto-promotion, destinés avant tout chose à entretenir leur notoriété, ils ne sont bien sûr pas les seuls à y avoir recours comme outil (...)