observatoire des sondages

La volatilité jusqu’au bout

samedi 5 mai 2012

"Les enquêtes montrent qu’aujourd’hui à peu près à 15 à 20 % des électeurs vous disent : « je vous dis ça mais je peux changer. Je peux changer là...samedi, dimanche ». Ce qu’on appelle le vote de l’isoloir" (Pascal Perrineau, "Et maintenant, votez !", C dans l’air, France 5, 4 mai 2012).

Pascal Perrineau, professeur de science politique à Sciences-po Paris, directeur du Cevipof, va atteindre l’âge de la retraite sans avoir encore compris le principe fondateur des sciences sociales à savoir : que les agents sociaux ne disent pas ce qu’ils font et ne font pas ce qu’ils disent, du moins pas assez pour qu’on les croit sur parole.

Lire aussi

  • La démocratie selon G. Durand, ex-Guignol de l’Info

    2 mars 2019

    Éditorialiste depuis plusieurs années sur Radio Classique Maurice Szafran a décidé récemment de quitter la chaine en réaction à l’arrivée d’Eric Zemmour. Guillaume Durand, l’un des principaux animateurs de (...)

  • De l’absurdité : pour ou contre le droit de s’exprimer ?

    13 février 2019

    Si l’industrie de la doxosophie est très rarement en vacances les temps actuels offrent une masse inaccoutumée de sondages grotesques, comme ceux qui ponctuent certaines revendications du mouvement (...)

  • L’ignorance n’empêche pas d’avoir une opinion

    30 janvier 2012

    Il n’est pas si fréquent d’entendre un habitué des médias s’interroger sur la dégradation de la qualité des sondages. C’est pourtant ce que fit Jean Claude Casanova animateur de l’émission « La rumeur du (...)