observatoire des sondages

Répondre aux mauvais sondages

jeudi 16 octobre 2014

Si l’on en croit l’Express (16 octobre 2014), Nicolas Sarkozy opère des changements majeurs dont on appréciera l’humour involontaire :

Première différence, loin d’être anodine : Nicolas Sarkozy n’était pas assis sur un fauteuil, micro à la main, comme lors de ses derniers déplacements. Une manière de répondre aux critiques qui émanaient jusqu’au sein de ses rangs [...] Il n’y a pas que la posture du candidat qui a changé. « L’arrière-plan est mieux travaillé lui aussi : les drapeaux français et européens sont bien en vue, de même qu’une petite trentaine de jeunes militants », note le Figaro [1].

Sur le fond... sur le fond, le candidat revient sur sa proposition d’organiser des référendums s’il était élu en 2017. Là ce n’est plus seulement de l’humour. Celui qui a détruit le référendum en faisant adopter par voie parlementaire ce que la consultation référendaire de 2005 avait rejeté se propose donc de réveiller un mort.


[1Cf. « À Saint-Cyr-sur-Loire, Nicolas Sarkozy repasse de la chaise à la tribune », Le Figaro, 15 octobre 2014.

Lire aussi

  • L’effet Johnny...

    13 décembre 2017

    Emmanuel Macron est toujours majoritairement impopulaire auprès des personnes sondées par les entreprises de sondages.
    Cette impopularité tend cependant à se réduire lentement mais surement (...)

  • La commission des sondages ouvre-t-elle son courrier ?

    24 février 2017

    Tous les sondeurs sont tenus par la loi de faire parvenir une notice détaillée de leurs sondages (en rapport direct ou indirect avec une élection) à la commission des sondages qui les publie sur son (...)

  • Christophe Barbier s’en mêle, les sondeurs américains poursuivis par le mauvais sort

    12 novembre 2016

    L’éditorialiste Christophe Barbier a, on le sait, un avis sur tout, et malgré son éviction de la direction de l’Express les occasions pour le faire savoir demeurent intactes.
    Le résultat « inattendu (...)