observatoire des sondages

Le second tour et la presse régionale : « du grand n’importe quoi »

mardi 2 mai 2017

On sait que la presse ne goûte que très peu les situations où tout semble jouer d’avance, surtout en matière électorale. Il lui faut donc d’entretenir le suspense quitte à dire le tout et son contraire.

Vendredi 28 avril 2017, juste avant le week-end prolongé du 1er mai, la presse quotidienne régionale annonce le retour Marine Le Pen sur Emmanuel Macron. Tant pis si le sondage BVA [1] qui justifie titres et commentaires établit un écart de 19 points en faveur d’Emmanuel Macron, il se réduisait. Le sondeur n’affirme-t-il pas dans la notice détaillée : « Le rapport de force actuel, s’il demeure favorable à Emmanuel Macron, crédité de 59% des suffrages exprimés, fait état d’une détérioration de son avance ». Il n’en fallait pas plus pour voir refleurir l’inoxydable « l’écart se resserre ».

JPEG - 130.5 ko
JPEG - 100 ko
JPEG - 83 ko
JPEG - 140.3 ko
JPEG - 116.8 ko

Mardi 2 mai, nouveau sondage BVA-Sales Forces, aux orties les unes tapageuses et les commentaires anxieux ou inquiets des jours précédents. Que s’est-il passé ? Macron a repris un point. « Il conforte son avance » titre maintenant Orange qui finance le baromètre.

JPEG - 106.2 ko
JPEG - 97.1 ko
JPEG - 115 ko
JPEG - 100.9 ko

Si le ridicule ne tue pas, on peut douter du caractère informatif d’une telle vacuité éditoriale, mis à part quelques renseignements sur la presse qui l’adopte.


[1Fournisseur officiel de la PQR.

Lire aussi

  • Délires

    27 avril 2017

    La perspective (selon les sondages) d’une victoire confortable d’Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle ne réjouit manifestement pas toute la presse, celle partageant des affinités (...)

  • De la sincérité

    21 avril 2017

    A quelques heures du premier tour de la présidentielle les efforts des sondeurs et de la presse pour accréditer l’idée qu’une partie importante des électeurs ne serait pas encore sûre de son vote ne se (...)

  • Même Jean-Luc Mélenchon

    5 janvier 2017

    On avait connu Jean-Luc Mélenchon circonspect sur les sondages. Mais il faut croire que les candidats ne peuvent se permettre les lucidités intellectuelles quand ils sont en campagne. Et si les (...)