observatoire des sondages

Les 9 de Bali : sondage et peine de mort

mercredi 29 avril 2015

Si on doutait que l’Indonésie fut un pays en pleine modernisation, l’exécution de 8 personnes condamnées à mort pour trafic de drogues le 28 avril 2015 ne permettrait pas d’en douter. Non seulement les tribunaux en ont décidé ainsi mais aussi le peuple indonésien. Le pays dispose en effet de sondages et le verdict est sans appel.

Selon « l’institut » Indo Barometer, 84 % des indonésiens étaient favorables à l’exécution (The Jakarta Post, 6 avril 2015) avec la fiche technique suivante : "Menée du 13 Mars au 25 Mars, l’enquête impliqué 1.200 personnes interrogées dans 34 provinces, avec une marge d’erreur de 3 pour cent et un niveau de 95 pour cent de la confiance".

Et comme ailleurs, le directeur de « l’institut » Muhammad Qodari livre les leçons de ce pourcentage selon les règles universelles de l’analyse politologique :

- « les indonésiens voient que la drogue atteint beaucoup d’endroits, endroits auxquels ils ne pensaient pas auparavant, comme les écoles ».
« les pressions internationales pourront difficilement changer l’opinion publique indonésienne ».
- « cela favorise les sentiments nationaux qui bénéficient à M. Widodo » (le président élu en 2014).
- « la peine de mort contribue beaucoup au taux d’approbation du Président ».

Et de relever que selon l’enquête de Indonesia Survey Circle, cette approbation ne s’élevait qu’à 42 % six mois plus tôt au lieu de 57 % en mars 2015.

Le progrès est donc en marche puisque des méthodes scientifiques de mesure de l’opinion publique servent enfin à gouverner. N’est-ce pas ce que les sondeurs appellent la démocratie ? M. Qodari le revendique d’ailleurs puisqu’il annonçait ces temps meilleurs il y a 10 ans : « nos politiciens se rendent compte qu’ils ont besoin de se doter de méthodes scientifiques éprouvées pour gagner les élections, opposées aux pratiques traditionnelles fondées sur les conseils des chamans ou sur les allégeances irrationnelles aux partis politiques » (Jakarta Post, 20 octobre 2005) [1].

Petit complément édifiant puisque le sondage Indo Barometer n’interrogeait pas seulement sur l’approbation de la peine de mort pour trafic de drogue (84 %) mais aussi pour corruption (53%), pour meurtre (16,3%) et crimes sexuels (4,25 %).

Lire aussi

  • Les sondeurs face au covid-19 : l’occasion manquée

    17 avril 2020

    Comme la grande majorité des entreprises du secteur dit marchand les sociétés de sondages ont vu leurs activités sensiblement décroître depuis le confinement lié à la pandémie du covid-19. Sauf une, la (...)

  • Il y a 39 ans : F. Mitterrand, les sondages et la peine de mort

    9 mars 2020

    Le 16 mars 1981, invité à l’émission « Cartes sur table » d’Antenne 2 François Mitterrand, alors candidat à l’élection présidentielle, déclare ouvertement son opposition à la peine capitale en dépit des (...)

  • Casse-tête sondagier

    30 novembre 2019

    L’agence de lobbying Dentsu Consulting assistée par le sondeur Odoxa assure que « les Français » sont favorables au deux tiers à la journée de grève du 5 décembre (France Info et le Figaro, 28 novembre (...)