observatoire des sondages

Les 9 de Bali : sondage et peine de mort (suite)

jeudi 30 avril 2015

Pour tuer collectivement, les dirigeants indonésiens ne disposent pas seulement des sondages indonésiens. Un sondeur australien leur avait déjà fourni une donnée intéressante en faisant un sondage sur la peine de mort selon lequel 52 % des Australiens lui étaient favorables [1]

Pain béni. Des ministres indonésiens, le procureur général et l’ambassadeur indonésien à Canberra ont excipé de ce sondage pour justifier l’exécution des 9 de Bali. Ils n’ont évidemment pas évoqué ce sondage Nielsen qui en 2010 disait l’inverse (28 % de oui). De bonne guerre si l’on veut : on utilise les « bons » sondages et on oublie les « mauvais ». Et on ne se préoccupe pas du tout de leur « qualité » s’ils sont « bons ». Le sondage favorable ne portait pas en réalité sur le sort réservé aux deux Australiens mais sur le principe de la condamnation. Il était en outre effectué par SMS où il suffisait de répondre par Yes or No. Ce qu’on appelle un snap poll. Qu’importe, Gary Morgan, président de cet « institut », mis en cause avait la réponse toute faite des sondeurs de la planète : « Nous mesurons l’opinion publique, nous ne faisons pas l’opinion publique ». Il existe en Français une belle formule, pas meurtrière du tout, qui devrait être testée par les sondeurs. Combien de sondés sont-ils favorables à « mort aux cons » ?

Lire aussi

  • Une websérie dans le monde des sondages

    27 mai 2018

    Le lieu n’a pas l’air de se prêter au rire. Pourtant, DoXa, une websérie met en scène la vie d’un « institut » baptisé IFLOP dans lequel un chargé d’études donne à un commanditaire les chiffres d’un (...)

  • Délires

    27 avril 2017

    La perspective (selon les sondages) d’une victoire confortable d’Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle ne réjouit manifestement pas toute la presse, celle partageant des affinités (...)

  • De la sincérité

    21 avril 2017

    A quelques heures du premier tour de la présidentielle les efforts des sondeurs et de la presse pour accréditer l’idée qu’une partie importante des électeurs ne serait pas encore sûre de son vote ne se (...)