observatoire des sondages

Macron : comment les sondages créent l’impopularité

vendredi 1er septembre 2017

Rentrée politique répétitive envahie par les sondages à la faveur d’un « événement » qu’ils ont produit : Emmanuel Macron est impopulaire... déjà.

"57% de Français mécontents" pour l’Ifop et le Jdd qui voient sa popularité “s’effondrer de 14 points” en un mois. Le Président serait même plus impopulaire que ses prédécesseurs (Ifop Jdd, 26 août 2017). Toujours plus fort : “Macron s’effondre et passe sous la barre des 50%” avec 43% de satisfaits (Orange-La Tribune, 29 août 2017). "Il n’y a plus de trêve estivale et il n’y a pas d’état de grâce " selon l’Ifop (Le Figaro 11 août 2017).

La généralisation des sondages en ligne rémunérés a largement contribué à cet état de fait. Rien de plus simple que de répondre à un sondage avec son smartphone sur une plage ou à la terrasse d’un café. C’est même plus rapide que les enquêtes de “satisfaction clients” qui colonisent peu à peu l’espace public, les supermarchés, les salles d’attente des hôpitaux, les administrations, les halls de gares, etc. Et si se “coltiner” du politicien quelques instants peut rapporter des bons achats pourquoi s’en priver... Quoi qu’il en soit face à l’ampleur des résultats et l’unanimité des sondeurs la conclusion du JDD sonne comme une sentence : “4 mois après son élection triomphale Macron est désormais un président minoritaire”, (op.cit.).

Les commentaires redoublent les sondages pour produire les effets de croyances. Emmanuel Macron a été élu avec 66,10% des suffrages exprimés représentant 43,61% des inscrits. Aux législatives de juin 2017, son parti, LRM, a obtenu la majorité absolue en sièges (306), et son score au second tour a atteint 43,6% des suffrages des suffrages exprimés 16,55% des inscrits (source ministère de l’Intérieur, 2017). L’assertion du Jdd est donc au mieux mensongère et ignorante du droit. Emmanuel Macron est au sens strict un président minoritaire depuis le début de son mandat. C’est dire si cette impopularité est tout sauf une surprise comme le laissent pourtant entendre tous les commentaires impressionnés par “cette chute vertigineuse” (Les inrocks, 4 août 2017). Le scenario demeure le même : la déception, les mesures impopulaires, les “couacs” gouvernementaux, le manque de pédagogie, la mauvaise communication, etc. Pour les coupables, il suffit de changer les noms cf. tableau (ci dessous Kantar TNS-Le Figaro magazine. Pour Emmanuel Macron pas de baromètre pour le 3e mois (début d’août 2017), le chiffre indiqué est celui du baromètre Ifop JDD, 223 juillet 2017).

1er mois2è mois3è mois4è mois5è mois
Jacques Chirac
(1995-2002)
64% 63% 56% 54% 41%
Jacques Chirac
(2002-2007)
50% 47% 54% 47% 50%
Nicolas Sarkozy
(2007-2012)
63% 65% 64% 64% 57%
François Hollande
(2012-2017)
55% 55% 52% 50% 41%
Emmanuel Macron
2017
57% 54% 54% (Ifop) 41%  ????

Or les voix des cotes de popularité des sondeurs demeurent toujours aussi impénétrables. A part définir la popularité comme le fruit de ce qu’ils mesurent, ils sont incapables de dire à quoi répondent les sondés quand ils cochent les cases de leur baromètres mensuels. On peut douter qu’il s’agisse d’un jugement sur une personne (Cf. à ce propos Mesures d’impopularité http://www.observatoire-des-sondages.org/Mesures-d-impopularite). Cela permet en tout cas les palabres politologiques nourris des yoyos sondagiers et des conseils pour les faire osciller dans le bon sens.

Lire aussi

  • Sondages et présidentielle : comptes des campagnes 2007, 2012 et 2017

    12 mai 2018

    Le 13 février 2018 la CNCCFP [1] validait les comptes de campagne des candidats à la présidentielle de 2017. On peut désormais dresser un tableau comparatif des dépenses en enquêtes et sondages qu’ils (...)

  • Popularité de Poutine : la plaisanterie

    11 mars 2018

    Si la presse française relaye et commente avec constance et régularité la popularité sondagière des politiques français et ses oscillations perpétuelles, elle manifeste plus de retenue concernant les (...)

  • Sondages sur-mesure : le cas Macron

    5 octobre 2016

    Il est des cas, rares il est vrai, où la démonstration d’un lien de causalité direct entre les résultats des sondages et les affinités politiques et idéologiques de leurs commanditaires et acheteurs (...)