observatoire des sondages

Macron « illégitime », les sondeurs entrent dans la danse

samedi 5 mai 2018

Si les sondeurs penchent très rarement à gauche, qu’ils se joignent au procès en illégitimité intenté au Président de la République par les opposants politiques les plus radicaux, principalement issus des rangs de La France insoumise et de l’extrême gauche en général, s’explique néanmoins facilement.

Le goût compulsif des sondeurs pour les courses de petits chevaux n’est pas un mystère. Comme de fait leur intolérance grandissante aux périodes sans élection. Le volume de parution de leurs fictions électorales augmente d’année en année cherchant à combler ce qu’ils voient comme un vide insupportable.

« Le bilan politique » est un procédé commode pour aborder les scrutins à venir fussent-ils très lointains. « 6 français sur 10 ne veulent pas qu’Emmanuel Macron se présente à l’élection présidentielle en 2022 » déclare Odoxa commandité par France TV, le Figaro et Dentsu Consulting (4 mai 2018). Autant dire, à quatre ans du scrutin, une éternité en politique, une pure farce [1].

« Macron un an ça suffit ! » slogan lancé par LFI et titre d’une série de vidéos diffusée à partir du 26 février 2018 sur la chaîne Youtube du parti a trouvé sa traduction sondagière. Gageons que cette « coïncidence » satisfera nombre de ses sympathisants.

Si le sondeur figure indissociable des régimes démocratiques est une fable (cf. Popularité de Poutine : la plaisanterie), le sondeur figure du dévoiement de la démocratie et de la vie politique réduite à une lutte (perpétuelle) des places prend, elle, de plus en plus de consistance.


[1A l’image des prédictions de l’Ifop et le Jdd du 25 mars 2018 sur la mauvaise posture électorale de A. Hidalgo aux municipales de Paris de... 2020.

Lire aussi

  • Macron : comment les sondages créent l’impopularité

    1er septembre 2017

    Rentrée politique répétitive envahie par les sondages à la faveur d’un « événement » qu’ils ont produit : Emmanuel Macron est impopulaire... déjà.
    « 57% de Français mécontents » pour l’Ifop et le Jdd qui (...)

  • Entre amis : la commission, les sondeurs...et Emmanuel Macron

    27 janvier 2017

    Le 13 décembre 2016, la commission des sondages publiait un court bilan de son activité pour les années 2015 et 2016. On sait que son contrôle est non seulement rare mais pas sévère pour ne pas dire (...)

  • Le matraquage Macron ou les ressorts de la popularité

    25 avril 2016

    Cent-quarante-deux ! C’est le nombre de sondages publiés dans la presse ayant pour objet Emmanuel Macron.
    S’ils ne concernent pas tous exclusivement le ministre de l’Economie cette masse conséquente (...)