observatoire des sondages

Même Jean-Luc Mélenchon

jeudi 5 janvier 2017

On avait connu Jean-Luc Mélenchon circonspect sur les sondages. Mais il faut croire que les candidats ne peuvent se permettre les lucidités intellectuelles quand ils sont en campagne. Et si les sondages ne valent rien quand ils ne sont pas bons, pourquoi s’en priver s’ils sont favorables ? Et de s’emparer alors des méthodes qu’on est prompt à moquer chez les autres.

Ainsi l’ironie de la déclaration de Jean-Luc Mélenchon sur l’utilité d’un candidat du PS est plus calculatrice que provocatrice puisque le candidat utilise à son profit l’argument du vote utile :

- « Jusqu’à présent, l’ultime justification du candidat socialiste, c’était d’être en tête dans les sondages. Il se présentait alors comme le ’vote utile », constate M. Mélenchon dans le quotidien du soir. Mais, argumente-t-il, « actuellement, le PS est en troisième position derrière M. Macron et moi-même ». « Dans ces conditions, sans projet et sans avantage électoral, à quoi bon un candidat du PS ? » (Cf. Le Monde, 6 janvier, 2016).

Lire aussi

  • Et encore Goldman : le ridicule ne tue pas

    3 janvier 2024

    On savait depuis la fin de l’année 2022, depuis bien plus longtemps en fait, que le chanteur de variétés retraité et retiré de la chanson depuis 20 ans, J-J. Goldman serait la "personnalité préférée (...)

  • Présidentielle 2027 : une obsession « hors-sol »

    11 juillet 2023

    Les sondeurs, leurs commanditaires officiels, officieux, nombre de journalistes politiques n’ont toujours pas compris - ou font toujours semblant de ne pas comprendre - que ce n’est pas parce que (...)

  • Décivilisation : La surenchère du Point

    21 juin 2023

    Une pensée d’un auteur devenu classique (Norbert Elias) recyclée en slogan de communicant par un sondeur (Jérôme Fourquet) qui a « découvert » à partir de sondages les divisions françaises. Cela plaît (...)