observatoire des sondages

Misère de la “philosophie” : imagine-t-on Platon commenter un sondage ?

mercredi 12 avril 2017

Les sondeurs, les journalistes et les politiques fournissent les plus gros contingents à la "communauté" des doxosophes, terme par lequel Platon désignait les savants apparents et autres sophistes, des pseudo-philosophes en somme. On trouve toujours cependant dans les rangs de ces colporteurs de “l’opinion” (doxa), de la parole du peuple, de l’électeur, qui, faut-il les en croire, leur parle (de tout et tout le temps) des universitaires labellisés philosophes.

Certes le titre de philosophe a déjà été bien abîmé par les impostures médiatiques, et le militantisme n’est guère propice à la raison et à la maitrise de soi, mais les étudiants de celui-ci pourront-ils encore le prendre au sérieux après ça ? (Libération, 11 avril 2017) :

JPEG - 87.7 ko
JPEG - 57.7 ko

Lire aussi

  • Grèves : le tribunal de l’opinion ?

    5 avril 2018

    Les commentaires de presse l’affirment unanimement : le sort de la grève des cheminots va se jouer devant l’opinion. Ils l’affirment d’autant plus surement qu’ils disent aussi que ce sont les acteurs (...)

  • Popularité de Poutine : la plaisanterie

    11 mars 2018

    Si la presse française relaye et commente avec constance et régularité la popularité sondagière des politiques français et ses oscillations perpétuelles, elle manifeste plus de retenue concernant les (...)

  • Faiseuse d’opinion

    22 février 2018

    Si les propos du président de LR lors d’une conférence à l’EM Lyon le 15 février 2018 tendent à conforter l’hypothèse d’une crise profonde de l’ensemble des partis politiques français, les propos de la (...)