observatoire des sondages

Misère de la “philosophie” : imagine-t-on Platon commenter un sondage ?

mercredi 12 avril 2017

Les sondeurs, les journalistes et les politiques fournissent les plus gros contingents à la "communauté" des doxosophes, terme par lequel Platon désignait les savants apparents et autres sophistes, des pseudo-philosophes en somme. On trouve toujours cependant dans les rangs de ces colporteurs de “l’opinion” (doxa), de la parole du peuple, de l’électeur, qui, faut-il les en croire, leur parle (de tout et tout le temps) des universitaires labellisés philosophes.

Certes le titre de philosophe a déjà été bien abîmé par les impostures médiatiques, et le militantisme n’est guère propice à la raison et à la maitrise de soi, mais les étudiants de celui-ci pourront-ils encore le prendre au sérieux après ça ? (Libération, 11 avril 2017) :

JPEG - 87.7 ko
JPEG - 57.7 ko

Lire aussi

  • Le « retour » des poncifs

    16 novembre 2016

    La défaite d’Hillary Clinton et par conséquent des sondeurs américains a contraint les sondeurs français à imaginer une nouvelle ligne de défense de leur profession : l’immunité. Le fiasco du 8 novembre (...)

  • Des sondages, en attendant la Révolution...

    28 juin 2016

    S’il semble malaisé de justifier la peine que l’on s’inflige à regarder l’infotainment on pourra toujours dire que lorsque « l’avant-garde révolutionnaire » ne jure que par les majorités de sondage sur un (...)

  • De bonne guerre (suite)

    20 juin 2016

    Après Jean-Claude Mailly de FO, c’est au tour de Philippe Martinez, leader de la CGT, de “faire le coup” de l’ "opinion publique" (celle des sondages) à un journaliste, pourtant si prompte à s’y (...)