observatoire des sondages

Misère de la “philosophie” : imagine-t-on Platon commenter un sondage ?

mercredi 12 avril 2017

Les sondeurs, les journalistes et les politiques fournissent les plus gros contingents à la "communauté" des doxosophes, terme par lequel Platon désignait les savants apparents et autres sophistes, des pseudo-philosophes en somme. On trouve toujours cependant dans les rangs de ces colporteurs de “l’opinion” (doxa), de la parole du peuple, de l’électeur, qui, faut-il les en croire, leur parle (de tout et tout le temps) des universitaires labellisés philosophes.

Certes le titre de philosophe a déjà été bien abîmé par les impostures médiatiques, et le militantisme n’est guère propice à la raison et à la maitrise de soi, mais les étudiants de celui-ci pourront-ils encore le prendre au sérieux après ça ? (Libération, 11 avril 2017) :

JPEG - 87.7 ko
JPEG - 57.7 ko

Lire aussi

  • Le Monde diplomatique se convertit-il à la politologie ?

    11 mai 2022

    La victoire d’Emmanuel Macron a mis très en colère Le Monde diplomatique qui le dit haut et clair. Jusqu’à utiliser des arguments utilisés d’habitude par d’autres. A la une, un long éditorial (...)

  • Le secret sans secrets

    7 mai 2022

    Le Monde s’est mêlé de faire une enquête sur les sondages commandés par l’agence gouvernementale du SIG ou Service d’information du Gouvernement. Exploitant la brèche ouverte par Raymond Avrillier qui (...)

  • Les usages gouvernementaux des sondages d’opinion

    7 mai 2022

    NB : article publié une première fois in A. Garrigou (dir.), Critique des sondages, Le Monde Diplomatique et l’Observatoire des sondages, Paris, 2013 - actes du colloque « Critique des sondages » du 5 (...)