observatoire des sondages

Parole de maliens : « loués soient notre dictateur et ses amis russes »

jeudi 4 mai 2023

Il faut croire que la fondation allemande Friedrich Ebert Stiftung [1] qui œuvre à la défense des « valeurs fondamentales de la social-démocratie que sont la liberté, la justice et la solidarité » [2], ne manque ni de logistique ni de financement pour mener ses enquêtes d’opinion tout particulièrement au Malin avec son « Mali-mètre ». A moins qu’il ne s’agisse d’humour, quelque peu cruel, ou plus vraisemblablement de sottise.

Plus de neufs maliens sur dix seraient selon ce baromètre satisfaits du colonel Assimi Goïta, au pouvoir depuis son premier coup d’Etat en août 2020. Leur confiance dans l’aide de la Russie s’établit dans des proportions similaires, comme dans celle du groupe de mercenaires Wagner, de sinistre réputation, dans la lutte contre les groupes djihadistes et l’insécurité endémique du pays (cf. Le Monde, 4 mai 2023).

A l’image de toute l’industrie de l’opinion la fondation allemande perçoit les enquêtes par sondage « comme un important instrument dans une démocratie pour interroger et comprendre de manière adéquate les perceptions, besoins et attentes des citoyennes et des citoyens ». Une perception, « en soi » déjà fort discutable, mais plus encore dans le cas du Mali, qui n’est plus une démocratie depuis plusieurs années. Les concepteurs du « Mali-mètre » et les dirigeants de cette fondation seraient-ils aveugles et sourds ? Difficile à croire.

JPEG - 78.5 ko

Pensent-ils sérieusement que les opinions formulées sous une dictature, a fortiori quand elles lui sont unanimement favorables, ont une quelconque valeur mise à part celle de l’expression d’un optimisme pour conjurer le désespoir ? C’est à la religion, "normalement", que revient cet office. Le paradis futur en consolation des souffrances et des misères présentes. Aujourd’hui pour les Maliens, une milice brutale, Wagner, et un dictateur....Amen.

Addendum (12 mai 2023)

L’ONU accusait le 12 mai par la voix de son haut-commissaire aux droits de l’Homme l’armée malienne et des combattants « étrangers » (sans précision sur leur nationalité) d’avoir exécuté 500 personnes en 2022 à Moura (Le Monde, 12 mai 2023). Ces accusations reposent sur une enquête de la division des droits de l’homme de la mission de casques bleus déployée depuis 2013 au Mali (Minusma). Assassinats, auxquels s’ajoutent plus d’une cinquantaine de viols et de violences sexuelles sur des femmes et jeunes filles. Ils pourraient, toujours selon le haut-commissaire des Nations Unies constituer des crimes de guerre voire pour certains actes des crimes contre l’humanité.

Le sondeur comme la fondation allemande Friedrich Ebert Stiftung n’ont pour l’instant fait aucun commentaire. Ils n’en feront peut-être aucun. Sauf à considérer que les accusations de l’Onu porte un coup, sinon fatal, au moins sérieux à leur "amateurisme".


[1créée en 1925, du nom du premier président de la République de Weimar entre 1919 et 1925.

Lire aussi

  • Une place au paradis

    27 février 2024

    « 84% des Français considèrent la France comme une nation de culture et tradition catholique ». Parue dans le Journal du Dimanche le 25 février une telle annonce ne manquera pas de réjouir l’Eglise (...)

  • Attal versus Goldman

    5 février 2024

    Si Jean-Jacques Goldman (à son corps défendant faut-il le rappeler) condense à lui seul toute la vacuité et l’imposture des mesures sondagières et tout particulièrement celle de la popularité, il faut (...)

  • La clairvoyance arrive enfin sur un plateau

    5 septembre 2023

    Tout le monde sait ou devrait savoir tant cela va de soi, et ne jamais l’oublier, que sonder c’est avant tout poser une question (au minimum). C’est ce qu’a rappelé R. Pila, éditorialiste à LCI pour (...)