observatoire des sondages

Ridicule incertitude

mardi 18 avril 2017

Pour un scientifique l’incertitude serait plutôt associée à la modestie. Après des mois de pourcentages d’intentions de vote pour l’élection présidentielle de 2017, l’omniprésence des sondeurs bavards sur les plateaux, dans les colonnes et les logorrhées des commentateurs, on n’est pas sûr qu’il faille interpréter comme une manifestation d’un scepticisme très sain les doutes exprimés par les sondeurs sur les incertitudes des sondages sur le résultat du premier tour de l’élection présidentielle [1].

Comme, les sondeurs ne cessent de le répéter quand cela les arrange, les sondages ne sont pas des prédictions. Alors pourquoi s’excuser par avance ? Ils ont en tout cas beaucoup d’espace médiatique pour expliquer qu’ils ne savent pas. Une fois de plus le ridicule ne tue pas. Il y a cependant une autre raison à ce déluge de prudence. Il faut anticiper : quels que soient les résultats ils auront eu raison. Et ils pourront donc repartir pour une prochaine manche, envahir les petits écrans et les colonnes.


[1Cf. « Présidentielle 2017 : la campagne de toutes les surprises » in Le Monde, 18 avril 2017.

Lire aussi

  • Présidentielle 2017 : le premier sondage avec de “vrais” candidats... ou presque

    3 février 2017

    A deux mois de l’élection présidentielle le premier sondage d’intentions de vote avec des candidats « réels » (déclarés ou investis) a été publié (Elabe-Les Echos-Radio Classique, 1 février 2017). Soumettant (...)

  • Un moratoire du Monde

    21 janvier 2017

    Le Monde a renoncé à publier des sondages sur la primaire PS. On l’apprend quasiment par raccroc de la plume du médiateur qui répond ainsi à des lecteurs s’étonnant de cette absence (Le Monde, 20 janvier (...)

  • Même Jean-Luc Mélenchon

    5 janvier 2017

    On avait connu Jean-Luc Mélenchon circonspect sur les sondages. Mais il faut croire que les candidats ne peuvent se permettre les lucidités intellectuelles quand ils sont en campagne. Et si les (...)