observatoire des sondages

Sondage fait maison

mardi 15 novembre 2016

Devenu particulièrement discret depuis 2015, après la démission de Bernard Sananès parti fonder sa propre société de sondages (Elabe), Csa fait à nouveau parler (un peu) de lui à propos d’un « enquête » commanditée par Direct Matin et prônant la prohibition du tabac (jugée par « un quart des Français » mesure la plus efficace pour faire baisser sa consommation, 15 novembre 2016).

Inutile de s’attarder sur l’inanité de ce type de proposition tant les exemples d’inefficacité des politiques prohibitionnistes menées depuis plus d’un siècle un partout dans le monde sont légion. La chaine de production et de publication du sondage est en soi plus remarquable. Si Le groupe Bolloré n’est pas connu pour être sensible aux discours sur le « développement durable », il semble avoir retenu que les circuits courts peuvent contribuer à un développement plus économe en ressources.

Le sondeur Csa appartient au groupe Bolloré tout comme le commanditaire de l’enquête le quotidien Direct Matin. Autrement dit un sondage maison, limitant au « strict nécessaire » les intermédiaires. Rien ne garantit toutefois que cette conception corresponde à celle défendue par les partisans du développement dit durable. Gageons cependant que pour s’assurer en général des résultats ce n’est pas la plus mauvaise des méthodes.

Lire aussi

  • Qu’est-ce que le « Prix du livre politique » ?

    30 mars 2019

    Créé en 1991 par l’association « Lire la société » [1] et fort du soutien de l’Assemblée Nationale le « Prix du livre politique » 2019 a été adjugé comme il y a deux ans à un sondeur : Jérôme Fourquet [2]. En (...)

  • Complotisme vs charlatanisme

    8 février 2019

    Un an après la publication de leur étude sur le complotisme en France la fondation Jean Jaurès, organisation proche du Parti socialiste, l’Ifop et l’association Conspiracy watch ont récidivé. Le (...)

  • « Qu’ils s’en aillent tous », sondeurs compris ?

    18 avril 2018

    Les années passent et rien ne semble vouloir enrayer la méfiance voire le rejet que suscitent les professionnels de la politique, ceux qui en vivent, au premier rang desquels figure bien sûr les (...)