observatoire des sondages

Sonder des ignorants, pourquoi ?

vendredi 27 novembre 2015

Il ne faut jamais compter sur les sondeurs pour expliquer aux sondés les problèmes sur lesquels ils les interrogent à longueur de temps (sur tout... et plus encore). En quoi consiste alors le fait de poser des questions à des ignorants ? Sujet d’étonnement et problème récurrent sur lequel il est (malheureusement) peu fréquent de s’interroger, le cas du « fichier S » est à ce propos singulièrement détonnant.

Suite aux attentats meurtriers du vendredi 13 novembre 2015, l’Ifop, s’inspirant d’une proposition de Laurent Wauquiez [1], a questionné ses sondés sur l’attitude à adopter vis-à-vis des personnes faisant l’objet d’une fiche "S". En résumé : les emprisonner ? d’accord pas/d’accord. Difficile d’être plus sommaire. Le sondeur se contentant d’une vague description du fichier concernant "plusieurs milliers de personnes" (cf. Vendredi 13 : les sondeurs et le goût du sang).

Laurent Wauquiez évoque le chiffre de 4000 personnes concernées. "La communauté du renseignement" [2] s’accorde plutôt sur le chiffre de 5000 (Le Monde, 31 août 2015). Jean-Jacques Urvoas, président de la Commission des lois de l’Assemblée Nationale et responsable au PS des questions de sécurité, parle quant à lui de 10 000 personnes "classées S" [3]. Pour L’ex-Président de la République Nicolas Sarkozy c’est 11 500, quand Le Parisien lance le chiffre de 20 000 "selon ses sources" (16 novembre 2015). Le Premier ministre Manuel Valls annonce le chiffre de 20 000, dont 10 500 pour leur appartenance ou leur lien avec la mouvance islamique (AFP, 24 novembre 2015).

Quoi qu’il en soit des chiffres bien supérieurs au nombre de détenus qu’a connu au total le camp de Guantánamo, à savoir 780 (cf. le dernier décompte publié dans le New York Times, "The Guantánamo docket", 17 novembre 2015). S’agit-il de rouvrir en France les camps d’internement de sinistre mémoire, comme par exemple ceux d’Argelès-sur mer ou de "Camp de Rivesaltes", qui ont notamment "accueillis" à la fin des années 30 ceux qui fuyaient la guerre d’Espagne, et à partir de fin 1939 « tout individu, Français ou étranger, considéré comme dangereux pour la défense nationale ou la sécurité publique » [4] ?

S’il faut croire Laurent Wauquiez particulièrement ignorant, pourquoi s’en référer à des gens tout aussi ignorants, pratique récurrente, sinon règle générale des sondages ? Cela s’apparente à un travail ordinaire de promotion de l’obscurantisme.


[1Secrétaire général de « Les républicains », proposition qu’il a retirée depuis.

[2Appellation floue servant à désigner l’ensemble des agences françaises de renseignement, de la DGSI à la DGSE en passant par la DPSD.

[3Cf. « Ce que révèle l’affaire du Thalys », blog de Jean-Jacques Urvoas (urvoas.bzh), 26 août 2015.

[4Cf. la loi du 18 novembre 1939.

Lire aussi

  • Emmanuel Macron au doigt mouillé ?

    14 avril 2017

    On le sait les résultats des sondages d’intention de vote sont les seuls à faire l’objet d’un redressement, autrement dit les résultats publiés ne sont pas ceux récoltés par les sondeurs, ils sont (...)

  • Opinion publique 2.0 : la nouvelle imposture

    2 avril 2017

    Si le marché de la prédiction électorale est jusqu’à présent le quasi monopole des entreprises de sondages, sauf quelques initiatives inspirées par l’économétrie, leurs échecs sur les derniers scrutins en (...)

  • Le FN et la générosité des sondeurs

    24 février 2017

    Depuis quelques années, les sondages annoncent régulièrement le FN en tête des intentions de vote. On en oublierait que pendant longtemps - l’élection présidentielle de 2002 en étant le sommet - les (...)