observatoire des sondages

Sondeurs : l’obsession Bourdieu

lundi 10 janvier 2022

Les sondeurs n’aiment pas la critique, plus exactement ils ne goûtent guère la critique politique, formulée principalement par les politiciens au vu des résultats qui leur déplaisent, et vomissent la critique scientifique qu’ils n’évoquent jamais. Une exception, en apparence du moins, celle de Pierre Bourdieu qu’ils citent « à tout va ». Que cache cette référence singulière qui revient sans cesse ?

On souscrit à la critique du sociologue français et plus généralement à la qualité de son œuvre. Nombre de scientifiques l’ont fait avant les sondeurs. D’autant plus que pour ces derniers, Bourdieu, c’est l’adversaire. Mais un adversaire prestigieux et commode. Comme en témoigne une fois encore la série d’entretiens avec des sondeurs « installés », intitulée « Têtes de sondages » publiée entre fin décembre 2021 et début janvier 2022 par l’Opinion [1].

On pourrait penser qu’il s’agit d’une ignorance tactique. On a plutôt affaire à une ignorance paresseuse car en ne citant que Bourdieu, à propos d’un article tiré d’une conférence prononcée en 1972, toujours le même, mineur dans l’œuvre du sociologue, publié en 1973 [2], ils ne citent jamais l’un des pionniers de la critique des enquêtes d’opinion : le sociologue américain Herbert Blumer. Autant dire que pour eux son « coup d’éclat », une démolition méthodique des enquêtes d’opinion, lors du congrès annuel de l’American Sociological Association de décembre 1947 (quelques mois avant le fiasco sondagier de la présidentielle américaine) n’existe pas [3].

Comment expliquer ces « oublis » et le fait qu’ils ne citent jamais non plus les critiques postérieures à celles des deux sociologues ? Ils n’ont manifestement pas le temps de lire, voire peut-être même l’envie. Mais il y a aussi une autre stratégie, complémentaire, une attitude délibérée, quelque peu mesquine mais bien connue des médias : le cimetière. Ils dénient l’existence de toute critique nouvelle. Un indice supplémentaire que les sondeurs n’évoluent pas dans le monde scientifique en respectant ses règles.


[1Cf. notamment Brice Teinturier, Jean Daniel Lévy, Frédéric Dabi.

[2« L’opinion publique n’existe pas » in Les Temps modernes, n°318, janvier 1973 (pp. 1292-1309) pour être précis.

[3Cf. Howad Becker, Criticism of polls and surveys in American social science. Traduction française en fin d’article sous format jpg.

Lire aussi

  • Invasion de l’Ukraine : qu’en « pensent » les Russes ?

    25 mai 2022

    Les démocraties n’ont pas le monopole des sondages d’opinion. L’invasion de l’Ukraine par la Russie apporte, si besoin était, un nouveau démenti à ce mensonge grossier véhiculé par les sondeurs en (...)

  • Comment stimuler les récalcitrants ou leur forcer la main ?

    13 mai 2022

    L’une des plus grandes menaces pesant constamment sur le métier de sondeur réside non comme on pourrait le penser spontanément dans leurs prédictions électorales erronées (très fréquentes), mais dans (...)

  • Le FN et la générosité des sondeurs

    24 février 2017

    Depuis quelques années, les sondages annoncent régulièrement le FN en tête des intentions de vote. On en oublierait que pendant longtemps - l’élection présidentielle de 2002 en étant le sommet - les (...)