observatoire des sondages

Le cynisme est mon métier

mardi 17 janvier 2012

Si on se faisait des illusions sur la vertu et la rigueur des sondeurs, Stéphane Rozès offre un bel exemple de cynisme professionnel :

« Chaque sondeur ou responsable de rédaction peut admettre, en tant que citoyen, qu’il y a trop de sondages. Mais sauf à changer de métier, aucun n’y renoncera. Pour les médias, il s’agit d’exister, de préempter la campagne en informant leurs publics, en l’animant par des éléments de contenu rédactionnel. Pour les instituts, les sondages politiques pèsent à peine 10% du chiffre d’affaires, mais ils sont rentables sur le plan de l’activité et pourvoyeurs d’image, par les reprises médias qu’ils garantissent. Cette notoriété est bénéfique à leur activité principale, les études marketing. Qui connaissait Harris Interactive avant son sondage en mars dernier qui plaçait pour la première fois Marine Le Pen en tête du premier tour en 2012 ? [1] » (Stratégies Magazine, n° 1633, 12 mai 2011).

Lire aussi

  • Crise du journalisme : « Recherche sondage désespéremment »

    4 juin 2018

    Pourquoi les sondages n’ont-il pas encore enregistré les humeurs frondeuses de la « jeunesse » s’interroge (sérieusement ?) le quotidien Le Monde qui a cru percevoir ici ou là quelques signes (...)

  • Vieillesse et doxosophie : le double naufrage

    18 février 2018

    Politologue-sondeur à la retraite, Roland Cayrol hante toujours autant les plateaux de télévision. Malgré le nombre d’années sa détermination à faire du café commerce la Maison des Sciences de l’Homme (...)

  • Maladresse ? Quand le nazisme n’est qu’une opinion

    22 juillet 2016

    Un exercice pour professeur d’histoire est retiré parce qu’il proposait l’exercice symétrique propagande soviétique - propagande nazie (dépêche AFP ci-dessous). Scandale. Le rectorat se justifie : (...)