observatoire des sondages

Marine Le Pen et les sondeurs : il n’est jamais trop tard... pour avouer

vendredi 24 février 2012

« Il y a un an on avait la perspective d’un 21 avril à l’envers comme on dit, c’est-à-dire que Marine Le Pen soit devant Nicolas Sarkozy au premier tour et donc qualifiée. On savait très bien que l’on mesurait ça 15 mois avant l’échéance, mais on voyait bien que ça se rapprochait et parfois même ça se faisait. Ça dépendait des hypothèses, on ne savait pas encore qui serait le candidat pour le parti socialiste. Tout ça c’était quand même des constructions, fallait pas forcément s’affoler ». Cf. Jérôme Sainte Marie (CSA), "Campagne et les autres", C dans l’air, France5, 21 février 2012)

Dédain, ricanement ou colère, n’ont jamais manqué en réaction aux critiques faites sur les sondages attribuant à la présidente du Front national le premier rôle dans le scrutin présidentiel. On apprécie d’autant, après coup, qu’un sondeur reconnaisse la justesse de la critique. De là à attendre une contrition, il y a un monde [1].

Lire aussi

  • Les sondages et les « gilets jaunes »

    6 décembre 2018

    Avec le mouvement des gilets jaunes comme avec les mouvements sociaux précédents, le succès du mouvement est couramment relié au soutien des Français. Du moins les médias l’affirment-ils au fil des (...)

  • Réforme de la SNCF : le pour, le contre, et le pour et contre

    28 février 2018

    Les qualités principales des « enquêtes » en ligne sont, pour les sondeurs, leur rapidité de réalisation et leur faible coût de revient. Une aubaine pour les chaines d’info en continu qui en usent et (...)

  • Le FN et la générosité des sondeurs

    24 février 2017

    Depuis quelques années, les sondages annoncent régulièrement le FN en tête des intentions de vote. On en oublierait que pendant longtemps - l’élection présidentielle de 2002 en étant le sommet - les (...)