observatoire des sondages

De bonne guerre (suite)

lundi 20 juin 2016

Après Jean-Claude Mailly de FO, c’est au tour de Philippe Martinez, leader de la CGT, de “faire le coup” de l’ "opinion publique" (celle des sondages) à un journaliste, pourtant si prompte à s’y référer dans son quotidien de commentateur, qui “l’interrogeait” sur la légitimité des manifestations contre la "loi Travail" (loi El-Khomri) organisées par son syndicat (RTL, 16 juin 2016).

- Olivier Mazerolles (RTL) : « du côté gouvernemental : il est manifeste que l’on a le sentiment que vous êtes en train de perdre la partie, que vos manifestations s’effilochent qu’il y a moins de monde, que la grève à la SNCF va s’arrêter, bref que la seule chose qui compte c’est le vote de la loi en essayant d’éviter le 49.3 et en ignorant la CGT ».

- Philippe Martinez (CGT) : « oui je pense que le gouvernement est aux abois c’est ce que nous avons dit. Il essaie de trouver des solutions, il a des problèmes dans sa propre majorité, donc la raison va l’emporter : il faut écouter l’opinion publique, écouter les organisations syndicales... »

- Olivier Mazerolles (RTL) : « mais vous êtes très minoritaires quand même ! »

- Philippe Martinez (CGT) : « mais pourquoi vous dites ça ? »

- Olivier Mazerolles (RTL) : « mais parce que les manifestations n’ont pas l’ampleur de celles qu’on a pu connaitre ».

- Philippe Martinez (CGT) : « ça fait trois mois et demi que plus de 70% de l’opinion publique est contre ce texte ou défavorable à ce texte. Vous trouvez que 70% c’est être minoritaire ? ».

Lire aussi

  • Sondages contre la démocratie

    29 mars 2019

    S’ils se plaisent à se penser comme une émanation des régimes démocratiques, alors qu’en Chine ou en Russie les sondages sont monnaie courante, les sondeurs aiment depuis plusieurs années remettre en (...)

  • Quand les politiques se servent de la critique des sondages

    10 octobre 2016

    C’est un phénomène bien connu la critique des sondages ne vient à l’esprit des politiques, la plupart du temps, que lorsque les résultats ne leur plaisent pas (cf. Primaire à droite : un candidat (...)

  • De bonne guerre

    25 mai 2016

    Jean-Claude Mailly, leader du syndicat FO, était confronté dimanche 22 avril sur I>télé aux sempiternelles questions journalistiques fondées sur l’opinion publique des sondages.
    « Les Français » (...)