observatoire des sondages

Faiseuse d’opinion

jeudi 22 février 2018

Si les propos du président de LR lors d’une conférence à l’EM Lyon le 15 février 2018 tendent à conforter l’hypothèse d’une crise profonde de l’ensemble des partis politiques français [1], les propos de la responsable du service politique de France 2 tendent à conforter l’hypothèse dans le même temps d’une crise profonde du journalisme politique français.

JPEG - 68.1 ko

- Nathalie Saint-Cricq (France 2) : Sa stratégie est claire. Il part du principe que la meilleure défense c’est l’attaque. Il attaque les journalistes, il dit qu’il a vécu une épreuve, qu’il est une cible, parce qu’en général ce genre de chose est plutôt bien vue par l’opinion, qui n’a pas une passion folle pour les journalistes. Il transforme également une erreur, une bavure, à son avantage en disant : “moi je ne suis pas comme les autres. Vous ne m’entendrez jamais parler comme tous ces politiciens. Je suis différent, je pratique le parler-vrai et je ne changerai jamais". Finalement il est assez convaincant et il a retourné un problème en un avantage.

- Julian Bugier (France2) : Garde-t-il ce soir le soutien de sa famille politique ?

- Nathalie Saint-Cricq (France 2) : Sûrement pas de Valérie Pécresse, qui n’a pas du tout apprécié les fameuses ’conneries’ dont il parle, sûrement pas de Nicolas Sarkozy, qui est entré dans une colère noire, quand Laurent Wauquiez l’a appelé. Après, il y a l’opinion : il est possible que cette façon différente de parler puisse marcher et même plaire”.

Est-ce encore du journalisme ?

Lire aussi

  • Sondages contre la démocratie

    29 mars 2019

    S’ils se plaisent à se penser comme une émanation des régimes démocratiques, alors qu’en Chine ou en Russie les sondages sont monnaie courante, les sondeurs aiment depuis plusieurs années remettre en (...)

  • Grèves : le tribunal de l’opinion ?

    5 avril 2018

    Les commentaires de presse l’affirment unanimement : le sort de la grève des cheminots va se jouer devant l’opinion. Ils l’affirment d’autant plus surement qu’ils disent aussi que ce sont les acteurs (...)

  • Lettre à E. Macron d’addictologues sous l’emprise de l’« Opinion publique »

    6 mars 2018

    Craignant un assouplissement de la loi Evin qu’ils estiment déjà largement affaiblie, 9 médecins signent une tribune dans Le Figaro prenant au passage la défense de la ministre de la santé. Suite aux (...)