observatoire des sondages

Faiseuse d’opinion

jeudi 22 février 2018

Si les propos du président de LR lors d’une conférence à l’EM Lyon le 15 février 2018 tendent à conforter l’hypothèse d’une crise profonde de l’ensemble des partis politiques français [1], les propos de la responsable du service politique de France 2 tendent à conforter l’hypothèse dans le même temps d’une crise profonde du journalisme politique français.

JPEG - 68.1 ko

- Nathalie Saint-Cricq (France 2) : Sa stratégie est claire. Il part du principe que la meilleure défense c’est l’attaque. Il attaque les journalistes, il dit qu’il a vécu une épreuve, qu’il est une cible, parce qu’en général ce genre de chose est plutôt bien vue par l’opinion, qui n’a pas une passion folle pour les journalistes. Il transforme également une erreur, une bavure, à son avantage en disant : “moi je ne suis pas comme les autres. Vous ne m’entendrez jamais parler comme tous ces politiciens. Je suis différent, je pratique le parler-vrai et je ne changerai jamais". Finalement il est assez convaincant et il a retourné un problème en un avantage.

- Julian Bugier (France2) : Garde-t-il ce soir le soutien de sa famille politique ?

- Nathalie Saint-Cricq (France 2) : Sûrement pas de Valérie Pécresse, qui n’a pas du tout apprécié les fameuses ’conneries’ dont il parle, sûrement pas de Nicolas Sarkozy, qui est entré dans une colère noire, quand Laurent Wauquiez l’a appelé. Après, il y a l’opinion : il est possible que cette façon différente de parler puisse marcher et même plaire”.

Est-ce encore du journalisme ?

Lire aussi

  • E. Musk : son avis, son oeuvre

    29 novembre 2022

    Les « grands patrons » ? C’est sans doute aussi à cela qu’on les reconnait, en majorité des hommes, dirigeants de sociétés multinationales, qui ont « réussi dans les affaires » se mêlant sinon de tout, du (...)

  • Un mandat sous de mauvais auspices

    27 mai 2022

    A peine formé le premier gouvernement d’Emmanuel Macron a été accueilli par une première salve d’évaluations sondagières négatives. L’expression pour ceux qui ont voté pour ce dernier, du moins une partie, (...)

  • Le Monde diplomatique se convertit-il à la politologie ?

    11 mai 2022

    La victoire d’Emmanuel Macron a mis très en colère Le Monde diplomatique qui le dit haut et clair. Jusqu’à utiliser des arguments utilisés d’habitude par d’autres. A la une, un long éditorial (...)